La cérémonie de signature d’accord financier a eu lieu ce lundi 11 janvier. Autour de la table, Patrick Rampal, Président du Comité de Perfectionnement du Centre Scientifique de Monaco (CSM) ainsi que Dr. Rachid Benchaouir, Fondateur et PDG de Coraliotech.

C’est une collaboration qui s’étend dans le temps. Depuis 2014, le CSM et la start-up monégasque mènent des travaux de recherche avec les Départements de Biologie Marine et de Biologie Médicale. Le domaine étudié ? Les maladies génétiques et le séquençage ADN des coraux. Un partenariat qui porte ses fruits puisqu’une molécule a été découverte. Cette dernière représente un intérêt pour le développement de produits pharmacologiques et cosmétiques, innovants et durables.

Une molécule qui préserve les cellules de la peau

S’ajoute à cela le fait qu’elle protège les cellules de la peau contre le rayonnement ultraviolet et contre des agents chimiques toxiques. Autant de propriétés qui ont été valorisées sous la forme d’un dépôt de brevet d’application étendu à l’international et dont le CSM est copropriétaire.

La technologie qu’utilise Coraliotech est totalement écoresponsable et ne touche aucunement aux environnements naturels

Rachid Benchaouir, Fondateur et PDG de Coraliotech

Une alliance valorisant la science et le développement

La startup de biotechnologie marine fait partie de l’incubateur MonacoTech depuis fin 2017. Elle produit, valorise et commercialise des produits ayant un intérêt pour la santé humaine à partir d’organismes marins. L’entrée du CSM à son capital permettra de valoriser les retombés du brevet conjoint via la commercialisation de produits brevetés ou de licences d’exploitation. Ainsi, le CSM devient le premier établissement public monégasque à entrer au capital d’une société privée.