Coraliotech est une entreprise monégasque qui s’apprête à révolutionner les domaines de la beauté et de la santé, grâce à de la molécule de corail, créée synthétiquement. Explications avec son fondateur, Rachid Benchaouir, chercheur et biochimiste.  

« A partir de l’ADN des coraux, on produit des molécules dans des conditions superficielles mais 100% naturelles donc sans toucher au corail. » C’est ainsi que Rachid Benchaouir, chercheur et biochimiste, présente sa société, créée en septembre 2018 à Monaco. Des molécules coralliennes innovantes à des fins cosmétiques et pharmaceutiques. « C’est un environnement très riche en substance active mais très peu connu, très peu exploité. C’est une véritable richesse en terme de substances afin de proposer ces molécules au service de la santé humaine. » 

Des molécules qui pourraient être utilisées dans des traitements anti-cancéreux, anti-inflammatoires, ou anti-microbiens, mais également pour des produits de beauté anti-âges, anti-oxydant, ou encore anti-UV. Et sur ce dernier point, Coraliotech est bien avancé. Rachid Benchaouir annonce : « Nous avons une première molécule brevetée qui a prouvé son efficacité anti-UV, et nous allons donc démarrer la phase de commercialisation. » 

Le corail, cet organisme menacé et méconnu

Le corail, organisme particulier et menacé, est donc à la base des recherches de Rachid Benchaouir. « Le corail a 500 millions d’années. Il s’est habitué à toutes les agressions, voilà pourquoi il est très intéressant à étudier. Les coraux sont statiques, immobiles et donc fragiles face aux agresseurs, ils ont ainsi développé des actions fortes pour se protéger. » Pourtant, aujourd’hui, le corail est plus que jamais menacé. « L’emprunte de l’homme menace par sa rapidité, on a un problème de timing, mais il est fort à parier que certains coraux vont s’adapter. Mais à quel prix ? » Voilà pourquoi il était important pour le chercheur de recréer scientifiquement des coraux naturels, afin de ne pas abîmer un organisme déjà menacé. 

De fortes collaborations avec le Centre scientifique et MonacoTech

Mais pour tout cela, le fondateur et CEO de Coraliotech a su s’entourer. D’abord, du Centre scientifique de Monaco (CSM), l’un des leaders dans ce domaine. Un partenariat très fort pour Rachid Benchaouir : « L’idée qu’on se faisait c’était d’un côté le centre scientifique dédié à la recherche sur les coraux, et de l’autre une stratup pour exploiter cette base de données et la commercialiser. » Une collaboration telle que dans quelques semaines, le CSM va rentrer dans le capital de Coraliotech et devenir ainsi associé. Entouré également de l’incubateur MonacoTech. Présent dans ses locaux depuis novembre 2017, Rachid Benchaouir sourit. « Je fais parti des incubés de la première heure ! Leur travail a été très important pour moi, qui étais un peu éloigné de l’entreprenariat. Leur investissement fort m’a permis de construire véritablement Coraliotech. »

Travel Club Monaco

Des avancées dans la lutte contre le cancer ?

D’ici le premier trimestre 2021, Coraliotech va donc se lancer dans la commercialisation des molécules coralliennes. Tout en poursuivant les recherches, pour les développer en cosmétique et pharmaceutique. « Parmi les molécules dans les bases de données, il y a des toxines qui nous paraissent importantes dans la lutte contre certains cancers. On a trouvé des molécules chez certaines plantes qui se rapprochent, mais rien encore sur le corail. Aujourd’hui, on devrait trouver des types de molécules, qui pourraient être anti-cancer. » Une véritable révolution.