Une équipe de chercheurs spécialisés a découvert 116 récifs coralliens en eaux profondes et insiste sur le besoin urgent des réserves marines de protéger ces espèces qui pourraient disparaître d’ici 2100.

Des chercheurs ont découvert des « forêts tropicales » de coraux dans les eaux profondes, la plupart dans les deux tiers des profondeurs océaniques, classées eaux internationales. Les 116 récifs coralliens vivent pour la plupart entre 200 et 1 200 m de profondeur, certains se trouvant jusqu’à 2 km sous l’eau. Les scientifiques ont trouvé beaucoup de coraux sur les monts sous-marins du Pacifique et de l’Atlantique, et une quantité plus minime dans l’océan Indien.

L’étude coïncide avec le lancement de la Coalition pour les Récifs Coralliens en Haute Mer, un groupe constitué de scientifiques et d’organisations à but non lucratif et qui soutient la recherche sur les récifs coralliens en eau profonde. La coalition espère que ces nouvelles découvertes influenceront le pacte de la Conférence Intergouvernementale sur la Biodiversité Marine des Zones au-delà des Juridictions Nationales, une initiative des Nations Unies qui devrait introduire des réserves marines en haute mer.

Les coraux pourraient disparaître d’ici 2100

Les récifs coralliens sont d’une importance capitale pour les écosystèmes et sont en grave danger. Ils abritent un quart de la vie marine et les scientifiques affirment que si aucune mesure n’est prise, ils pourraient disparaître d’ici 2100 en raison du changement climatique.

L’étude souligne l’importance de la protection des récifs en eau profonde. Seulement un cinquième des coraux qui s’y trouvent sont protégés de la pêche de fond et aucun d’entre eux n’est à l’abri de l’impact de la navigation.

Malheureusement, la pandémie a interrompu les efforts de la coalition pour en savoir plus sur ces récifs. Une expédition sur les monts sous-marins près de l’île de Pâques, au large des côtes chiliennes, a été reportée à 2022.

Monaco reste attaché à la protection des océans et à la préservation des récifs coralliens. Récemment, le Prince Albert a cofondé un fonds mondial dédié à leur protection.