Confinement partiel décrété sur le littoral des Alpes-Maritimes

nice-promenade
Unsplash

Face à l'augmentation des cas de Covid-19 dans les Alpes-Maritimes, le préfet du département a annoncé ce lundi 22 février la mise en place d'un confinement valable au moins pour les deux prochains week-ends.

Adieu les balades dominicales sur la Promenade des Anglais... Pour la première fois depuis le début de crise, un confinement local va être établi sur le territoire Français. De Menton à Théoule-sur-Mer, les déplacements seront interdits à partir du vendredi 26 février 18h jusqu'au lundi 6h, sauf attestation dérogatoire. Une décision qui n'a pas fait l'unanimité auprès des élus locaux. Le maire de Nice plaide, quant à lui, pour un confinement total si la situation ne s'arrange pas dans les jours à venir.

D'autres mesures viennent s'ajouter au confinement partiel comme le port du masque obligatoire dans « toutes les zones à fortes fréquentations » de chaque commune du département, la fermeture des commerces et galeries marchandes de plus de 5 000 m2 (sauf commerces alimentaires et pharmacies), l'accentuation des contrôles aux frontières, l'accélération de la campagne vaccinale, etc.

Monaco appelle à la prudence

De son côté, la Principauté lance un appel à la vigilance et à la responsabilité, en plein début des vacances scolaires. Les autorités Monégasques invitent tout le monde à "conserver une grande vigilance dans la sphère privée où plus de la moitié des contaminations se réalisent lors de réunions conviviales".

Ce dimanche 21 février, Monaco comptabilisait huit nouveaux cas positifs à la Covid-19 et six guérisons supplémentaires. De plus, parmi les 52 personnes prises en charge au Centre Hospitalier Princesse Grace, 12 étaient soignées en réanimation. Le bilan sanitaire de la Principauté s'élève ainsi à 1 870 personnes touchées depuis le début de la crise. Il est important de rappeler que la campagne de vaccination continue, 20,59 % de la population a déjà reçu une dose de vaccin.

>> À LIRE AUSSI : ENQUÊTE. Comment la Principauté gère-t-elle la crise sanitaire ?