Membre de l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, Zhang Zhang a commenté, le 23 février dernier, les accusations de discrimination dont font l’objet les orchestres philharmoniques, notamment du musicien Ibrahim Maalouf.

L’histoire a commencé le 1er janvier 2021, lorsque le trompettiste Ibrahim Maalouf a reproché à l’Orchestre philharmonique de Vienne son « manque de diversité ethnique » dans un tweet. Zhang Zhang lui répond sur ce même réseau social et une polémique commence.

Celui qui est à l’origine de cette polémique a ensuite été invité à l’émission « C à Vous » sur France 5 pour en parler. Avant de pouvoir écrire cette tribune, le premier violon de l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo n’avait pas encore eu l’occasion, elle, de donner sa version au public français.

La réponse de Zhang Zhang ne se fait pas attendre

C’est donc dans les colonnes du Figaro que la violoniste de renommée internationale a décidé de rétablir la vérité. Elle commence par rappeler que lors du concours de recrutement, un paravent sépare le jury du candidat et que donc « les artistes sont choisis par leur musique, [non] par leur couleur de peau, leur sexe ou leur origine ethnique ». Le jury ne voit donc pas et se contente d’écouter.

Zhang Zhang poursuit en faisant l’éloge de cette musique, qui réunit et fait vibrer des êtres humains de toute origine. Celle qui dirige également une association caritative appelée ZhangomusiQ termine ses propos en demandant à Ibrahim Maalouf de « Laissez l’art en dehors de vos manœuvres politiques sordides ».

>> À LIRE AUSSI : La trompette et le violon. Ibrahim Maalouf: les fausses notes de l’idéologie diversitaire (Causeur.fr)