Depuis le 1er février, le Gouvernement Princier est en plein dialogue avec les autorités françaises pour alléger la mesure des « 30 km ». Après les Alpes-Maritimes, le contrôle sanitaire s’assouplit pour le Var.

Il semblerait que la France ait entendu la demande du Gouvernement monégasque concernant la règle des 30 kilomètres. En effet, depuis le 16 février les résidents de la Principauté de Monaco peuvent se rendre plus facilement dans le Var, pour des déplacements inférieurs à 24 heures. Au-delà de ce délai, un test PCR négatif de moins de 72 heures est demandé. Cette mesure s’appliquait déjà à la région des Alpes-Maritimes depuis quelques jours.

Le Gouvernement Princier annonce en retour appliquer la réciprocité de cet assouplissement avec les résidents du Var. Il est important de rappeler que les travailleurs frontaliers, les scolaires et étudiants sont exemptés de cette disposition également.

Monaco ne compte pas en rester là

La bataille n’est pas terminée pour Monaco, qui attend plus de compréhension et d’assouplissement de la part de la France. La Principauté entend poursuivre un « dialogue constructif  » avec le pays frontalier. Dans la ligne de mire : le délai de 24 heures qui limite les déplacements dans le département du Var ainsi que dans les Alpes-Maritimes. Des régions qui « constituent le bassin de vie de Monaco » selon le communiqué du Gouvernement Princier.