Brève

Brigitte Boccone-Pagès devient la première femme Présidente du Conseil national

brigitte-boccone-pages-conseil-national-monaco
Conseil national

Celle qui était jusqu’alors vice-présidente du Conseil national fait le choix de la continuité.

Après la démission du président du Conseil national Stéphane Valeri, le 28 septembre dernier, la Vice-Présidente Brigitte Boccone-Pagès a été élue hier soir, jeudi 6 octobre, présidente de l’Assemblée des élus monégasques. Une première pour une femme dans l’histoire de cette institution vieille de 111 ans.

« J’ai conscience de la valeur symbolique de cette élection. Voilà qui, je l’espère, inspirera, dans la poursuite de leurs rêves, toutes les jeunes femmes qui nous regardent », a-telle commenté lors de son discours d’installation. Avec cette élection, Monaco rejoint une liste très restreinte de pays dont l’Assemblée est présidée par une femme (en 2020, sur 190 parlements dans le monde, seules 58 femmes occupaient ce poste selon l’ONU).

Tous présents dans l’hémicycle, les 22 conseillers nationaux ont donc voté à l’unanimité pour que Brigitte Boccone-Pagès succède à Stéphane Valeri. Pour rappel, ce dernier a quitté la présidence du Conseil national pour prendre les rennes de la Société des Bains de Mer (SBM) en avril 2023 et prendra ainsi la place de l’actuel Président délégué, Jean-Luc Biamonti.

De son côté, Balthazar Seydoux, qui était jusqu’ici président de la Commission des Finances et de l’Economie nationale, a été élu à l’unanimité par ses collègues pour occuper le poste de Vice-Président.

La continuité comme ligne de conduite

Si elle assure occuper son nouveau rôle avec « humilité et détermination », Brigitte Boccone-Pagès ne prévoit pas de grands changements, et indique que son élection s’inscrit pleinement dans la continuité de l’action de son prédécesseur. « Il s’agit de poursuivre sur la voie des engagements qui ont été pris devant les Monégasques en 2018 et tout au long de cette mandature ».

A ce sujet, la nouvelle Présidente du Conseil national a notamment fait référence au logement des Monégasques :

« Cette question dépasse largement l’enceinte de notre Hémicycle car elle préoccupe à juste titre tous les Monégasques dont la situation le justifie, qui attendent d’être bien logés dans leur propre pays. Grâce au vaste calendrier de livraisons de logements domaniaux annoncé en 2019, le premier objectif qui était de résorber la pénurie de ces dernières années, sera atteint en 2023. Pour autant, résoudre cette situation critique n’était que la première partie de la question, puisque l’on sait qu’il faut construire suffisamment de logements neufs chaque année pour éviter une nouvelle pénurie. A ce jour, le compte n’y est pas pour assurer l’avenir, nous y reviendrons au cours de nos échanges budgétaires. Sur ce sujet si crucial, je me place, évidemment, dans une logique de parfaite continuité. »

LIRE AUSSI : Franck Lobono : « nous avons toujours considéré que le logement était la priorité nationale »

A noter que les prochaines élections nationales auront lieu en février 2023.