Les Explorations de Monaco étudient depuis le mois d’octobre les tortues vertes de Martinique. Ce programme lancé en 2017 renoue avec la tradition monégasque des grandes explorations datant du prince Albert Ier.

Lancées par le prince Albert II, en 2017, les Explorations de Monaco s’inscrivent dans la droite ligne de sa politique en faveur de la sauvegarde des océans. Expéditions scientifiques, elles sont chargées d’étudier les écosystèmes marins. Leur objectif est de fournir des éléments concrets pour sensibiliser les gouvernements et les populations à la préservation de l’environnement.

Pour cette campagne de trois ans comportant 20 étapes, le Yersin, un navire de luxe, a été transformé en laboratoire flottant. Il est équipé d’un drone sous-marin et peut rester plusieurs jours en mer sans ravitailler. Un exploit d’autant plus remarquable que le Yersin a été conçu comme un navire presqu’entièrement écologique.

Etudes sur la reproduction des tortues vertes

Depuis le 2 octobre, il fait escale dans les Anses d’Arlet, en Martinique. Les chercheurs embarqués y étudient les tortues vertes, particulièrement nombreuses dans cette région du monde. Il s’agit d’observer dans quelle mesure la reproduction de ces tortues marines – qui, pour ce faire, migrent vers les terres -, est impactée par les activités humaines, le changement climatique et les évolutions du milieu marin.

Les spécimens choisis par les scientifiques ont été harnaché d’un petit sac high-tech. Ce dernier est muni de capteurs et de caméras ainsi que de balises satellites. Il permet de localiser les tortues herbivores et de visualiser leurs déplacements, notamment leurs comportements de plongée.

Cette mission est le fruit d’une collaboration entre les Explorations de Monaco, le CNRS et l’Ifremer. Elle est intégrée au projet NExT dont le but est de développer des programmes de sauvegarde de cette espèce menacée depuis peu par de nouvelles maladies, sans doute causées par la pollution.