Juste une mise au point… Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam unis face à la rumeur

Juste une mise au point… Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam unis face à la rumeur

Qui s’y frotte s’y pique ! Le 9 janvier dernier, par voie de presse, Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam ont fermement démenti la fausse rumeur de rupture qui entachait leur couple depuis décembre dernier.

Au cœur de l’incendie, l’hebdomadaire espagnol ¡Hola!. Dans son édition du 2 janvier dernier, le titre à sensation placardait sur sa Une l’annonce de la séparation de Charlotte Casiraghi et de son fiancée, deux mois après la naissance de leur premier enfant, Balthazar. Fin décembre, leurs confrères français de Voici attisaient déjà les braises en évoquant les tensions suscitées par les préparatifs de l’union entre la fille de Caroline de Monaco et le fils de Carole Bouquet. Le magazine people n’hésitait pas alors à évoquer l’ « ambiance électrique à la maison » et des « belles-mères sous tensions ».

Sus aux fake news !

Pour les échotiers de la presse à scandale, rien de pire qu’un monde au beau fixe ou qu’une joyeuse idylle. Celle qui unit depuis 2017 Charlotte de Casiraghi et Dimitri Rassam compte évidemment parmi leurs « morceaux de choix ». En cible privilégiée des plumes et photographes à sensation, l’égérie de la maison Gucci avait appris à en prendre son parti… Mais le 9 janvier, la belle héritière est sortie de son silence (et de ses gonds). Harcelés, diffamés, elle et son compagnon ont tenu à apporter un officiel et tranchant démenti aux rumeurs infondées, « cyniques et mensongères » d’une quelconque séparation. Selon eux et d’après le communiqué de presse transmis par leur attaché de presse, « conflictualiser une situation qui ne l’est pas et ne l’a jamais été, a pour but de lui donner du prix, car l’annonce d’une séparation correspond toujours à une bonne motivation d’achat. » Au-delà du seul démenti, le couple ne compte pas en rester là, faisant savoir que, « compte tenu de la nocivité de cette rumeur pour eux-mêmes, leurs enfants mineurs et leurs proches, ils sont convenus de demander à leur avocat d’engager toutes poursuites judiciaires. » La meilleure défense, c’est l’attaque…