Buhurt Prime : le combat médiéval à l’honneur sous le chapiteau de Fontvieille

Buhurt Prime : le combat médiéval à l’honneur sous le chapiteau de Fontvieille

Des épées qui s’entrechoquent, des armures qui reluisent et des combattants valeureux : tel est le cocktail réussi du Buhurt Prime, l’événement de combat médiéval qui s’est tenu ce week-end au chapiteau de Fontvieille. Les différents matchs proposés ont tenu en haleine de nombreux spectateurs venus découvrir cette discipline en plein essor.

Dernier tournoi et phase finale de la saison de Buhurt League, le Buhurt Prime était pour la première fois organisé à Monaco. Pensé comme un équivalent de la Ligue des Champions, le championnat a également été l’occasion de multiples événements annexes, dont une foire médiévale, des initiations au tir à l’arc ou une dégustation de vins de Scarpa. Autour de l’Espace Fontvieille Chapiteau, l’ambiance conviviale et médiévale a prédominé.

Le béhourd désigne ses champions

Le principe du combat médiéval (ou « béhourd ») est relativement simple : deux équipes de cinq combattants, vêtus d’une lourde armure et porteurs d’une réplique d’épée ancienne ou de masse et d’un bouclier, s’affrontent dans une arène circulaire. Pour s’imposer, les guerriers doivent mettent à terre leur adversaire. Bien que les épées soient émoussés et arrondies, et les coups à la nuque, à l’entrejambe, derrière les genoux ou aux pieds interdits, la discipline est particulièrement spectaculaire. Les combats qui ont émaillé ce week-end l’ont prouvé, avec une motivation accrue des participants, les vainqueurs du Buhurt Prime étant pour un an les champions du monde de la discipline. Et c’est l’équipe moldavo-russe de Bayard qui a remporté le titre, après avoir défait l’équipe russe de Bear Pow, pourtant favorite. En troisième position, la team ukrainienne Knyaz complète le podium. En plus de la compétition, l’engouement des monégasques pour l’événement et son prestige à l’échelle de la discipline pourrait aboutir à une deuxième édition l’année prochaine.