« Pas beaucoup mieux à faire », Charles Leclerc fataliste après le Grand Prix d’Azerbaïdjan

« Pas beaucoup mieux à faire », Charles Leclerc fataliste après le Grand Prix d’Azerbaïdjan

Cinquième au Grand Prix d’Azerbaïdjan, Charles Leclerc a d’abord commis une grosse erreur en Q2. Avant de payer un mauvais choix stratégique de son équipe.

Il a récemment répété qu’il voulait devenir « le meilleur ». A 21 ans, Charles Leclerc n’a pas froid aux yeux. Mais s’il ne manque d’ambition, le Monégasque doit pour l’instant faire contre mauvaise fortune bon cœur. A Bakou, ce week-end, il a d’abord survolé les essais libres avant de commettre une énorme faute en Q2, encastrant sa voiture dans le mur au virage numéro 9.

« Je suis très déçu de moi, a-t-il lâché quelques minutes après son erreur. (…) Il n’y a pas d’excuse, c’est moi qui ai été complètement bête. Je vais tout faire pour apprendre. Je ne vais pas l’oublier car ça fait mal. », a-t-il poursuivit au micro de Canal + sans chercher à minimiser son échec.

Détermination sans faille

Et pourtant, parti huitième sur la grille ce dimanche, le jeune pilote monégasque a affiché une détermination sans faille, remontant jusqu’à la tête de course. Une position qu’il a gardé une vingtaine de tours avant d’être doublé par les Mercedes et d’être rappelé aux stands au 35e tour. Un arrêt qui aurait sans doute du intervenir avant. Car, une fois chaussé des tendres, il est retombé en cinquième place sans parvenir à revenir sur la tête de la course. Une mauvaise appréciation stratégique imputable aux têtes pensantes de la Scuderia qui craignaient une usure prématurée de son nouveau train de pneumatiques : « J’aurais aimé m’arrêter avant de me faire doubler. Je n’ai pas regardé mais je pense qu’il y a encore une raison derrière ça… » a encore lâché le pilote Ferrari, fataliste et dépité.

Changeant une dernière fois de gommes pour empocher le point du meilleur tour, il prend finalement la cinquième place au drapeau à damier, loin derrière les Flèches d’argent qui ont de nouveau dominé ce grand Prix d’Azerbaïdjan. « Aujourd’hui, je ne pense pas qu’il y avait beaucoup mieux à faire (…) Je reviendrai plus fort pour la prochaine. », a philosophé le Monégasque. La prochaine ? Ce sera en Espagne, à Barcelone, le 12 mai prochain. 5e au classement général, Leclerc pointe désormais à 40 points du leader provisoire, Bottas.