L’ASM a enregistré une nouvelle défaite à Louis II face à Saint-Etienne (3-2). La fin de saison s’annonce compliquée pour le club de la principauté, 17e, à trois points de la place de barragiste.

Il n’y a pas encore le feu, mais une désagréable odeur de brûlé s’incruste sur le club de la principauté. Incapable de remporter le moindre match depuis six rencontres de Ligue 1, dominé par Saint-Etienne dimanche après-midi (3-2), l’ASM est sur des charbons ardents à trois matchs de la fin de saison.

Emmenés par le quatuor Lopes-Golovine-Gelson Martins-Falcao, les Monégasques ont pourtant livré une bonne première mi-temps face à des Verts apathiques malgré une série d’invincibilité de six victoires. Bien lancé en profondeur, Gelson Martins expédiait ainsi une frappe splendide dans les filets adverses (18e). Les joueurs de Jean-Louis Gasset ont ensuite frôlé le KO à deux reprises, d’abord par Golovine (21e) puis sur une tête contrée vers son propre but de Saliba (38e).

La situation redevient préoccupante

Mais il est écrit que des vents mauvais soufflent sur le Rocher cette saison. Car le coup de tête de Glick sur le poteau d’un Ruffier chanceux (55e) va marquer le tournant du match… qui va basculer sur un coup du sort. En l’occurrence, une intervention complètement raté de Ballo-Touré qui, sur un centre anodin de Cabella, détournait le ballon dans ses propres filets et permettait ainsi aux Stéphanois d’égaliser (60e). Face à des Monégasques subitement fragiles, Cabella expédiait ensuite une reprise de volée limpide (71e) qui ne laissait aucune chance à Seydou Sy, le remplaçant de Daniel Subasic, une nouvelle fois blessé. Entré à la pause, Nordin marquait de la tête (80e) le troisième but stéphanois dans une partie dont tout le monde connaissait déjà le vainqueur. La réduction du score de Vinicius (92e) ne changeant rien à l’affaire.

Pour Monaco, qui n’avance plus, la situation redevient préoccupante. Et le scénario que certains balayaient d’un revers de la main il y a quelques semaines est désormais une réalité bien concrète. Certes, il n’y a pas encore le feu à la maison Monaco, mais avec trois petits points d’avance sur Caen, le premier barragiste, les hommes de Leonardo Jardim vont devoir se battre jusqu’au bout pour sauver leur peau en Ligue 1.