Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Monaco cet après-midi, confirmant sa domination sans faille cette saison. Du côté de la concurrence, on pourra se réjouir de la deuxième place de Sebastian Vettel qui prive les Mercedes d’un sixième doublé en six courses. Maigre consolation, notamment pour le Monégasque Charles Leclerc, contraint d’abandonner en raison d’une crevaison…

Avant le départ de ce 77e Grand Prix de Monaco, une minute de silence a été observée en hommage à Niki Lauda, décédé cette semaine. Tous les pilotes portaient également une casquette rouge, la couleur fétiche du coureur autrichien, floquée à son nom.

Après ce beau moment d’émotion, la course la plus attendue du circuit de Formule 1 a rendu son verdict. Et c’est Lewis Hamilton qui l’emporte cet après-midi. La troisième victoire de sa carrière en principauté, après celles de 2008 et 2016. Et sa quatrième victoire en Grand Prix de la saison.

La course en tête

Parti en pole position, le pilote Mercedes a fait la course en tête jusqu’au drapeau à damier, en démontrant une grande maîtrise pour tenir sur la piste. Chaussé de gommes medium usées en fin de course, le Britannique a en effet eu fort à faire pour contrôler l’adhérence de sa Mercedes et pour résister à Max Verstappen qui ne l’a pas lâché d’une semelle. Les spectateurs, toujours très nombreux à Monaco, se sont ainsi levés quand le pilote Mercedes a coupé la chicane du port au 76e tour pour écarter une attaque de la Red Bull du Néerlandais.

Mais le Britannique a tenu bon. Il devance le pilote Ferrari Sebastian Vettel et son coéquipier Valtteri Bottas. S’il a franchi la ligne en deuxième position, Verstappen rétrograde finalement à la quatrième place à cause d’une pénalité reçue plus tôt dans la course.

Charles Leclerc abandonne…

Mais la grosse déception vient de Charles Leclerc. Devant son public, le Monégasque a abandonné au 18e tour à cause d’une crevaison de son pneu arrière droit. Il faut dire qu’il n’a pas ménagé sa peine. Quinzième sur la grille après un loupé de Ferrari en qualification, il  a remonté dès les premiers tours de piste jusqu’à la treizième place après deux superbes dépassements, dont une audacieuse attaque au virage n°18 – dit de la Rascasse – sur la Haas de Romain Grosjean. Malheureusement, le Monégasque s’est peut-être montré trop impatient.

En tentant la même manoeuvre au même virage sur Nico Hülkenberg (Renault), au 8e tour, il a en effet heurté le rail intérieur et perdu le contrôle de l’arrière de sa monoplace dont il a semé des débris sur la piste. Un incident qui a obligé la voiture de sécurité à intervenir. Avec un fond plat endommagé et un équilibre instable, Leclerc a préféré jeter l’éponge après le restart. Rageant. Il s’agit de son deuxième abandon en deux participations au Grand prix de Monaco.

Hamilton roi du classement des pilotes

Le Français Pierre Gasly, qui s’est offert le meilleur temps de tour en fin de course, obtient une belle cinquième place.Derrière, tous les outsiders sont au rendez-vous. Carlos Sainz (McLaren), Daniil Kvyat et Alexander Albon (Toro Rosso), Romain Grosjean (Haas) et Daniel Ricciardo (Renault) complètent le Top 10.

Au championnat du monde des pilotes, Hamilton mène désormais avec 17 points d’avance sur Bottas et 55 sur Vettel qui a repris la troisième place à Verstappen pour 4 unités. On voit mal ce qui pourrait empêcher la marche triomphale du Britannique vers le titre de champion du monde. Conséquence : avec 257 points, Mercedes devance Ferrari de 118 longueurs au classement des constructeurs.