Hamilton, Bottas, Vettel, Verstappen, Leclerc… Le Grand Prix d’Espagne n’a pas réservé de surprise mais confirmé la domination écrasante des pilotes Mercedes. Et, tandis que Ferrari s’enfonce, Red Bull tire son épingle du jeu.

Même ordre au démarrage et même ordre à l’arrivée. Ou presque. Car les spectateurs du Grand Prix d’Espagne auront tout de même vibré le temps du sprint de départ. Et admiré la célérité du celui qui est actuellement en tête du classement des pilotes. Parti deuxième sur la grille du circuit de Barcelone, Lewis Hamilton s’est arraché pour prendre les commandes de la course et passer devant Valtteri Bottas, parti en pole. Ensuite ? Rien ou pas grand chose… Si ce n’est un cavalier seul du quintuple champion du monde qui remporte le 76e Grand Prix de sa carrière devant son coéquipier.

Ferrari à la peine

Derrière les intouchables Flèches d’Argent, Ferrari a de nouveau été à la peine. Troisième sur la grille, Sebastian Vettel est rentré en trombe dans le premier virage pour tenter de doubler Bottas et Hamilton. Mal lui en a pris : en bloquant ses roues, l’Allemand s’est fait chiper la troisième place par la Red Bull de Max Verstappen, quatrième sur la grille. Et son imprudence aurait pu avoir des conséquences encore plus fâcheuses puisqu’il a manqué de se faire heurter par son coéquipier Charles Leclerc, parti cinquième. Un Leclerc que Vettel, d’abord plus lent, a laissé passer avant que le Monégasque ne lui rende la pareille vingt-cinq tours plus tard. Mais aucun des deux pilotes Ferrari n’a pu revenir sur Verstappen.

Intervention de la voiture de sécurité

De fait, le seul fait notable de cette course plutôt monocorde fut l’intervention de la Safety Car pour un accrochage entre Lando Norris et Lance Stroll dans les tréfonds du classement. Un incident qui permit à Pierre Gasly de venir titiller Leclerc au re-start. Sans succès, même si la lutte a été âpre entre la Red Bull et la Ferrari à l’instar de celle qui a opposé les Haas de Romain Grosjean et de Kevin Magnussen. Les deux coéquipiers sont ainsi passés tout près de l’accrochage dès les premiers tours de piste ! A l’arrivée, le second termine 7e tandis que le Français est parvenu à arracher son premier point de la saison en se glissant derrière la McLaren de Carlos Sainz, 8e, et la Toro Rosso de Daniil Kvyat, 9e.

Hamilton reprend les reines du classement

12e et 13e, derrière la Toro Rosso d’Alexander Albon, les Renault de Daniel Ricciardo et de Nico Hülkenberg terminent une nouvelle fois sans marquer de points. Loin, très loin de Lewis Hamilton dont la victoire, couplée à la deuxième place de Bottas, dessine l’hégémonie inattendue de Mercedes sur le circuit. Le Britannique, qui a également remporté le point bonus du meilleur tour en piste, reprend les reines devant Bottas au classement des pilotes.

Vettel est 3e, Leclerc 5e

Pour la Scuderia, attendue sur un circuit où elle avait brillé durant les essais hivernaux, les courses se suivent et se ressemblent. Mais à Barcelone, elle a ajouté au manque de visibilité stratégique qui plombe son début de saison, des cafouillages techniques encore inédits. Un improbable problème de fixation de la roue arrière gauche a ainsi fait perdre un temps précieux à ses pilotes lors de leur premier arrêt au stand ! Et les conséquences ne se font pas attendre. Dépassé par Verstappen, Vettel a perdu sa troisième place au classement. De son côté, Leclerc, le plus prometteur des pilotes du circuit, n’est que cinquième avec 57 points. A quinze jours du Grand Prix de Monaco, le jeune pilote Ferrari n’a pas dit son dernier mot. Mais le temps presse désormais…