Le roi Hamilton encore couronné au Canada, Leclerc troisième

Le roi Hamilton encore couronné au Canada, Leclerc troisième

Disputé ce dimanche soir, le Grand Prix du Canada a livré son verdict. Et si Ferrari a cru remporté sa première victoire de la saison, c’est finalement Hamilton qui est une nouvelle sacré.

Les dieux de la Formule 1 ont-ils déjà décidé du sort de la saison 2019 ? On pourrait presque le penser tant les circonstances sont systématiquement favorables à l’écurie Mercedes tandis que sa rivale, Ferrari, cumule les pépins. Le Grand Prix du Canada disputé ce dimanche soir n’a pas dérogé à ce qui commence à ressembler à une règle. Car si Lewis Hamilton a franchi la ligne d’arrivée deuxième, derrière Sebastian Vettel, c’est pourtant le Britannique qui remporte in fine sa cinquième course de la saison en profitant d’une pénalité de cinq secondes infligée au pilote Ferrari.

Vettel en pole

L’Allemand, auteur d’un superbe chrono de 1’10’240, avait pourtant signé la pole position en qualifications, sa première de la saison. Suivaient sur la grille Hamilton, Leclerc (Ferrari), Ricciardo (Renault), Gasly (Red Bull) et Bottas (Mercedes).

Peu de choses sont à signaler en début de course, si ce n’est un contact entre la Toro Rosso d’Albon et l’Alfa Romeo de Giovinazzi. Un incident soldé par un aileron avant endommagé pour le pilote thaïlandais. Mais alors que les gommes s’usent et que les arrêts aux stands approchent, Hamilton parvient à réduire l’écart sur Vettel, de 2’3 au 10e passage à 1’6 au 25e passage. Derrière, Leclerc n’est pas en reste et, dans un bon rythme, réduit également l’écart sur la Mercedes. Le Monégasque pointe ainsi à 2’5 d’Hamilton.

Les arrêts aux stands, qui interviennent trois tours plus tard, ne change rien à l’affaire. Sauf pour Leclerc, maintenu en piste jusqu’au 32e tour, et qui doit lutter avec des pneus tendres de moins en moins rapides. Mais le Monégasque s’en sort bien et conserve sa troisième place à son retour en piste.

L’erreur de Vettel

Reparti en durs, Hamilton grignote des millièmes sur Vettel. C’est alors, au 48e tour, que le pilote Ferrari commet une erreur, en passant par l’herbe à la sortie du quatrième virage. En reprenant la piste comme il peut, il manque de percuter Hamilton et d’encastrer la monoplace du Britannique contre le muret. Intervention des commissaires, enquête : cette maladresse vaut au Brésilien 5 secondes de pénalité au final pour avoir « repris la piste de manière dangereuse et poussé un autre pilote à quitter la piste ». « C’est injuste ! », clame le pilote allemand, furieux, après la course. Trop tard. Lui qui a assez tranquillement contrôlé sa première place tout au long ddu parcours se voit éjecté de la plus haute marche du podium où il se voyait déjà.

Hamilton étend son avance

Les 10 derniers tours sont donc une formalité pour le Britannique, informé de la bonne nouvelle. Il se contente juste de garder Leclerc, troisième, à cinq secondes. Bottas, Verstappen (Red Bull), Ricciardo, Hülkenberg (Renault), Gasly, Stroll (Racing) et Kvyat (Toro Rosso) complètent le top 10 de ce Grand Prix du Canada.

Un Grand Prix qui ne bouleverse pas la hiérarchie. En effet, après 7 Grands Prix cette saison, Mercedes reste invaincue. Quant au Lewis Hamilton, il étend son avance au classement des pilotes, loin devant son coéquipier Bottas, distancié de 29 points.