Nouveau doublé pour les Mercedes au Grand Prix de France. Chez Ferrari, Charles Leclerc a assuré la troisième place même s’il aurait pu revenir sur Bottas dans le dernier tour.

Le suspens s’est fait attendre ce dimanche sur le tracé du Castellet. Comme on pouvait s’y attendre après les qualifications, les Mercedes ont réalisé un doublé au terme d’une guerre à distance où les pilotes se sont neutralisés. Seul petit regret côté Ferrari, le dernier tour de course de Charles Leclerc, lorsque le jeune monégasque s’est mis au contact de Bottas, malheureusement sans réussir, pour moins d’une seconde, à empêcher le sixième doublé de l’écurie allemande cette saison. Il faut dire que cette dernière affiche un niveau de performance exceptionnel.

Hamilton a fait la course en tête

Parti en pole position, Lewis Hamilton a fait toute la course en tête, gérant parfaitement sa course et franchissant la ligne d’arrivée avec 18″ d’avance sur son coéquipier Valtteri Bottas qui a donc dû batailler pour assurer sa deuxième place. C’est une sixième victoire pour le Britannique, la quatrième d’affilée. On voit mal ce qui pourrait empêcher le quintuple champion du monde, clairement sans rival cette année, d’empocher un sixième titre en fin de saison.

Derrière le trio de tête, la course a été un tout petit peu plus animée sous le chaud soleil du Castellet. Pas pour Max Verstappen, parti en deuxième ligne et qui a fini en quatrième position. Le pilote Red Bull n’a jamais été inquiété par Sebastian Vettel. Parti en 7e position sur la grille à cause d’une défaillance mécanique en qualifications qui l’a obligé a repasser par les stands, le coéquipier de Charles Leclerc chez Ferrari a, sans surprise, dépassé les deux McLaren de Lando Norris et Carlos Sainz. L’Allemand, qui n’a plus gagné la moindre course depuis le Grand Prix de Belgique en 2018, se classe 5e, un moindre mal. D’autant plus qu’il a signé le meilleur tour en piste en changeant judicieusement de pneus à deux tours de la fin. Un meilleur tout qui lui rapporte un point supplémentaire.

La bonne performance des Renault

Derrière Sainz, 6e, on retiendra l’infortune qui a frappé son coéquipier Norris, victime de problèmes hydrauliques dans le dernier tour. Le pilote McLaren a alors vu passer devant lui Daniel Ricciardo (Renault), Kimi Räikkönen (Alfa Romeo) et Nico Hülkenberg (Renault) et a ainsi fait le bonheur des Renault qui évoluaient à domicile. Quant aux pilotes français, c’est plutôt la déception qui domine. 18ème en course, Romain Grosjean a finalement abandonné à quelques tours de la fin. Son compatriote Pierre Gasly a échoué aux portes des points, à la onzième place.

Hamilton seul devant

Loin, très loin de Lewis Hamilton qui compte désormais 187 points au Championnat, 26 de plus que son coéquipier Valterri Bottas dont le très bon début de saison ressemble de plus en plus à un feu de paille. Avec 111 points, Vettel est troisième. Mais les Ferrari n’ont clairement pas le niveau pour rivaliser avec les Flèches d’Argent. « Cela fait longtemps que je cours, mais je ne m’en lasse pas, expliquait le pilote au 79 victoires en carrière. C’est toujours un immense challenge : je recherche toujours la limite. Il faut maîtriser ces machines. Mais je n’y arriverais jamais sans ces gars là-bas et tous ceux qui sont à l’usine. Nous écrivons l’Histoire ensemble. Je suis fier de faire partie de cette équipe. »

Au classement des constructeurs, après 8 Grands prix, Mercedes dispose désormais d’une avance de 140 points sur Ferrari.