Après bien des débats, il est désormais possible aux magasins monégasques d’ouvrir leurs portes au public, selon une loi votée au Conseil national le 5 juillet dernier. Une décision qui a mis plusieurs mois à se prendre.

Le 15 octobre 2018, s’ouvrait un débat au Conseil national, avec une proposition de loi qui visait à l’ouverture des commerces de détail le dimanche à Monaco. Jusqu’à présent, ces enseignes ne pouvaient ouvrir que sur dérogation et seulement une quinzaine de dimanches par an (généralement pendant l’été ou les fêtes de fin d’année). Le but premier de cette loi : permettre de lutter contre la concurrence en région et sur Internet, de renforcer l’économie monégasque et le pouvoir d’attractivité de la Principauté. Une proposition qui se heurta à toute une série d’arguments, tels que la diminution des coûts fixes des commerces, l’augmentation des prix par certains d’entre eux, des activités familiales dominicales désormais tournées vers le shopping ou le fait que le travail dominical pourrait être du travail forcé.

Une loi enfin votée

Il aura fallu plusieurs mois de débats et d’interrogations, pour que le Conseil national finisse par se prononcer enfin, en promulguant le 5 juillet dernier, une loi permettant de doubler l’ouverture des commerces de détail le dimanche à Monte-Carlo. Quelques restrictions tout de même : « sur le principe du volontariat des salariés, de la compensation et du droit de rétractation » d’après le conseiller ministre des Affaires sociales, Didier Gamerdinger. On passe ainsi d’une ouverture des commerces une quinzaine de dimanches par an à une trentaine et les salariés seront payés double, ou bénéficieront d’un jour compensateur de repos. Un premier pas bienvenu pour les Monégasques.