RĂ©cit

Retour sur les 5 moments forts du Rallye Monte-Carlo 2020

Le Rallye de Monte-Carlo 2020
Le Rallye de Monte-Carlo 2020

Au terme d’un week-end de course passionnant, qui a trouvĂ© son Ă©pilogue dimanche par le premier succĂšs de Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) sur le Monte-Carlo, Monaco-Tribune vous fait revivre les cinq moments forts de ce premier rallye de la saison, qui a vu le Belge succĂ©der Ă  SĂ©bastien Ogier, laurĂ©at des six derniĂšres Ă©ditions. 

 

Ott TĂ€nak miraculĂ© d’une effroyable sortie de route

Publicité

 

Les images, terrifiantes, ont fait le tour du monde. À la sortie d’une portion ultra-rapide dans l’ES 4 entre Saint-ClĂ©ment-sur-Durance et FreissiniĂšres (20,68 km), le champion du monde en titre a vu sa Hyundai i20 se dĂ©porter lĂ©gĂšrement sur la droite, avant de rebondir sur un talus et partir dans une incroyable sĂ©rie de tonneaux en contrebas de la route. Â« C’Ă©tait un accident Ă  trĂšs haute vitesse, arrivĂ© de façon plutĂŽt surprenante. C’est une zone que je n’avais pas identifiĂ©e en reconnaissances comme Ă©tant aussi piĂ©geuse. Ce sont des choses qui arrivent en rallye, il n’y a rien de nouveau. Je n’avais pas notĂ© de compression. Â» Plus de peur que de mal Ă  l’arrivĂ©e pour Ott TĂ€nak et son copilote Martin JĂ€rveoja, qui ne sont dĂ©cidĂ©ment pas prĂȘts d’oublier leur premier rallye officiel au volant de la Hyundai i20.

 

Thierry Neuville ouvre enfin son compteur sur le Monte-Carlo

 

Depuis le temps qu’il l’attendait, ce premier succĂšs, sur ses terres, lui le rĂ©sidant monĂ©gasque. PassĂ© tout proche du sacre l’an dernier, Thierry Neuville a enfin dĂ©crochĂ© le graal en prenant tous les risques et en maĂźtrisant Ă  la perfection ce premier rallye de la saison. « C’est l’une de mes plus belles victoires. Je voulais cette revanche (par rapport Ă  l’an dernier) et je voulais Ă©galement casser la domination française de Loeb et Ogier (les deux pilotes français ont remportĂ© les huit derniĂšres Ă©ditions du Monte-Carlo). Mais pour battre Ogier Ă  la rĂ©guliĂšre, il m’a fallu ĂȘtre Ă  la limite tout le temps ! Â» Des risques payants, qui ont permis Ă  Thierry Neuville de succĂ©der Ă  Jacques-Édouard Ledure, dernier belge Ă  avoir remportĂ© l’épreuve monĂ©gasque en 1924.

 

Elfyn Evans dans le coup (presque) jusqu’au bout pour la victoire

 

Il a longtemps cru Ă  la victoire. À la surprise gĂ©nĂ©ral, le Gallois a bien failli ĂȘtre le grand bonhomme de ce Monte-Carlo millĂ©sime 2020. Avec quatre temps scratchs – un de plus que SĂ©bastien Ogier – Elfyn Evans a rapidement pris la mesure de sa Toyota Yaris WRC pour se mĂȘler Ă  la victoire finale au milieu des Thierry Neuville, SĂ©bastien Ogier et autre SĂ©bastien Loeb. En tĂȘte jusqu’à trois spĂ©ciales de la fin, l’ancien de chez M-Sport a finalement laissĂ© Ă©chapper un succĂšs qui lui aurait permis de dĂ©crocher sa deuxiĂšme victoire en WRC. En arrivant chez Toyota, SĂ©bastien Ogier avait prĂ©venu qu’il n’y aurait « pas de numĂ©ro un Â» cette saison. Elfyn Evans ne s’est pas priver de confirmer ses dires, avec une troisiĂšme place Ă  l’arrivĂ©e. « C’est un sentiment assez mitigĂ©, confiait le Britannique Ă  l’arrivĂ©e. Mais dans l’ensemble, nous devons considĂ©rer cela comme positif. Ce n’est pas un mauvais dĂ©but. C’est quelque chose sur lequel nous pouvons construire. Â»

 

Le dimanche calvaire de SĂ©bastien Loeb

 

En embuscade derriĂšre le trio infernal Neuville-Ogier-Evans presque tout au long du rallye, le nonuple champion du monde a connu un dimanche dĂ©sastreux, qui l’a contraint de dĂ©gringoler de deux places, laissant le Finlandais Esapekka Lappi (Ford Fiesta RS WRC) et le prometteur Kalle RovanperĂ€ (Toyota Yaris WRC) terminer devant lui Ă  l’arrivĂ©e Ă  cause d’un mauvais choix de pneumatiques. « Ce n’est certainement pas le rallye que nous espĂ©rions, soupirait Loeb. Cela a Ă©tĂ© difficile tout le week-end et il semble que les planĂštes n’étaient pas alignĂ©es pour nous. Nous roulions bien jusqu’au deuxiĂšme jour, mais hier (samedi), nous Ă©tions en retrait. Aujourd’hui (dimanche), tout Ă©tait une question de choix de pneus, qui n’était pas le bon pour les conditions. Â» ObligĂ© de gĂ©rer ses gommes, l’Alsacien, qui a frĂŽle l’abandon dans l’ES 14, a quand mĂȘme rĂ©ussi Ă  assurer une sixiĂšme place, qui a rapportĂ© dix points Ă  Hyundai au classement des constructeurs.

 

La belle perf’ du Niçois Éric Camilli en WRC 3

 

Dans l’ombre de la lutte infernale que ce sont livrĂ©s Thierry Neuville, SĂ©bastien Ogier et Elfyn Evans, le Niçois Éric Camilli s’est illustrĂ© en se montrant impĂ©rial au volant de sa CitroĂ«n C3 R5. En tĂȘte du dĂ©but Ă  la fin dans la catĂ©gorie R2 (rĂ©servĂ©e aux voitures R5) et neuviĂšme au gĂ©nĂ©ral, l’ex-pilote officiel M-Sport (2016) a remportĂ© le WRC 3, tout en terminant devant le pilote officiel Mads Ostberg (CitroĂ«n C3 R5), vainqueur de son cĂŽtĂ© du WRC 2. Â« C’est fantastique. On a vraiment fait une super course, ce qui n’est jamais Ă©vident quand on ne participe qu’à une Ă©preuve de temps en temps. Â» Prometteur pour la suite.

 

Par Romain Boisaubert, fondateur de Le Sport au FĂ©minin.