9 984 670 km2 contre 2 km2, la superficie du Canada est presque cinq millions de fois plus vaste que Monaco. Deux pays qui sont loin d’être semblables, l’un pouvant atteindre des températures extrêmes avoisinant les moins 30° durant l’hiver et le second possédant un ensoleillement de plus de 300 jours par an. Autant dire que géographiquement et « météorologiquement », ils ont peu de points en commun. Et pourtant malgré leurs différences une cause bien précise les unit, leur engagement envers le changement climatique et la protection des océans.

Depuis le jeudi 9 juillet, le Canada a rejoint l’Alliance mondiale pour les océans. Constituée de 21 pays dont Monaco, l’organisation internationale pour la protection des zones marines s’est donné comme défi d’ici 2030, de protéger 30% des océans du monde entier. La participation du  Canada à cette action internationale est importante car le littoral canadien est le plus long au monde qui s’étend sur environ 244 000 km.

7 millions de personnes au Canada dépendent des océans

« Nos océans offrent une multitude de possibilités lorsqu’on les aborde sous l’angle de la durabilité et de la gestion de l’environnement. Le Canada est fier de se joindre à l’Alliance mondiale pour les océans, qui travaille aux côtés de pays partageant les mêmes idées, qui visent à défendre notre vision commune d’océans durables et sains dans le monde entier. Nous avons fait des progrès exceptionnels en matière de protection de nos propres eaux, et il est temps de se dépasser pour aller encore plus loin, » a déclaré Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

De nombreux territoires du Canada, habités par des communautés côtières soit 7 millions de personnes dépendent des océans et de leurs écosystèmes. Selon Statistique Canada, plus de 100 000 emplois au Canada sont directement liés à la pêche et près de 60 000 à l’écotourisme océanique.

Deux Alberts et une passion partagée pour l’Océan

La Principauté de Monaco tout comme le Canada est très impliquée dans la protection de l’environnement. Une affaire de famille à Monaco qui se perpétue depuis plusieurs siècles, cela a commencé avec le Prince Albert Ier qui y a consacré une grande partie de sa vie pour explorer les secrets de l’océan. Convaincu que la science apporte paix et progrès dans l’écosystème marin, il fonde l’Institut Océanographique constitué d’un laboratoire de biologie marine dont l’objectif est de : « Faire connaître, aimer et protéger les océans ». 

En 2006, c’est au tour de la Fondation Prince-Albert II de Monaco de voir le jour. Après une expédition en traîneau au pôle Nord, le Prince Albert II alerte l’opinion publique sur le réchauffement climatique et décide de créer sa propre fondation. La Fondation Prince Albert II de Monaco est vouée à la protection de l’environnement et au développement durable. Elle dépasse les frontières et implante des branches de son activité dans plusieurs pays dont le Canada.

prince-albert-ii-de-monaco-au-pôle-nord-1
Voyage de S.A.S. le Prince Albert II en Antarctique

La protection des océans au Canada

Le Canada est une nation maritime, qui détient un écosystème marin unique et dynamique. La faune marine canadienne regroupe des milliers d’espèces parmi lesquels figurent les orques, les ours polaires, les morses, les loutres marines et les baleines boréales qui vivent plus de 200 ans. L’Océan Atlantique, Pacifique et Arctique qui entourent le Canada, jouent des rôles primordiaux à travers le pays. Ils représentent une importante source de nourriture et ressources naturelles.

Le plan d’action du Canada pour les océans s’engage depuis quelques années à assurer le développement durable de son milieu marin. En effet en 1996, le Canada adopte la Loi sur les océans pour continuer de se doter d’une économie dynamique et diversifiée des océans, tout en protégeant la biodiversité marine.

Le gouvernement canadien a d’ailleurs investi considérablement dans la gestion des océans en renforçant la réglementation des pêches et en développant des technologies océaniques. Le Canada est d’ailleurs le premier  pays à adopter une telle loi portant sur la préservation et la gestion des océans.

La Fondation Prince Albert II de Monaco Canada

La Fondation Prince Albert II de Monaco Canada installée à Montréal apporte sa pierre à l’édifice en ciblant ses efforts sur la biodiversité de l’Arctique canadien et la santé de ses populations autochtones, victimes du changement climatique. Depuis sa création en 2008, le Canada et la Principauté de Monaco entretiennent des relations communes sur la protection de l’environnement et le développement durable.

D’ailleurs lorsque les deux chefs d’états se rencontrent en 2018, les discussions portent sur leur engagement commun à l’égard de l’Accord de Paris et les mesures prises par les deux pays pour lutter contre les changements climatiques.

Des initiatives communes qui ont permis de mettre en place des projets d’envergure, dont la réalisation d’un Atlas qui dresse un portrait sur les espèces menacées ou vulnérables en déterminant les secteurs prioritaires pour la conservation de la biodiversité dans le Québec nordique.

Malgré que le Canada et la Principauté de Monaco soient si différents politiquement et économiquement, rien ne les empêche à travailler conjointement pour lutter contre les changements climatiques. Leurs enjeux sont différents dû à leur géolocalisation, mais leur participation au sein d’organisations environnementales permet de mettre en place des dispositifs innovants pour protéger l’écosystème marin.