Avec 1561 employés, 753 millions d’euros de revenus et 252 sociétés qui travaillent autour du secteur, le yachting est un acteur clé de la Principauté. Et si la crise liée à la Covid-19 n’a épargné personne, il semblerait que le yachting a su faire preuve de résilience.

C’est en tout cas ce qui ressort des analyses du Sybass Report qui dessinent des tendances encourageantes pour le secteur. En effet, les ventes de yachts 30M+ pour la période janvier-octobre comparées à 2019, indiquent un bon début d’année, avant une baisse puis une reprise à la fin de l’été. Quant à octobre, les chiffres de 2020 rattrapent ceux de 2019.

Un baisse significative des charters…

« Fraser Yacht, au même titre que l’ensemble de l’industrie du yachting, a connu une énorme baisse dans le segment des charters, de l’ordre de 30% environ, qui s’est répercutée sur l’industrie entière. Non pas parce que nous avions un manque de demandes, mais plutôt un manque de destinations. Cependant, nous observons un rebond assez important pour la période hivernale, dans les Caraïbes notamment » constate Raphael Sauleau, CEO de Fraser Yacht.

A l’inverse, si les charters ont souffert de la crise, la location de bateau courte durée a toutefois réussi à tirer son épingle du jeu. C’est notamment le cas de Click and Boat, le Airbnb de la plaisance qui enregistre 100% de croissance chaque année depuis sa création il y a 7 ans comme en témoigne son fondateur, Jérémy Bismuth. « Si nous observons le périmètre de Monaco en 2020, on aurait tendance à imaginer qu’il n’y a pas eu de crise. Il y a eu un impact évident qui a ralenti notre croissance (+ 17% en 2020) mais nous ne pouvons pas parler de décroissance.»

…Compensée par un boom des ventes

Du côté des ventes en revanche, le constat est plus positif. « Si les premières semaines de confinement ont marqué l’arrêt total des ventes, dès le mois de juin et jusqu’à fin septembre, nous avons ressenti un véritable rebond à savoir +30% en juin, +40% en juillet, +50% en août et +50% en septembre. Au total, si on lisse les chiffres de l’année 2020 pour l’industrie du yachting dans son ensemble, à fin septembre, nous étions à +5% par rapport à 2019» se réjouit Raphael Sauleau.

Des résultats très encourageants qui s’expliquent à la fois par le report des ventes mais aussi car la plaisance a été un bon moyen pour de nombreuses personnes de s’évader sans risque sanitaire.

Vers une nouvelle approche du yachting ?

Comme l’explique le designer de yacht, Espen Oeino, dans un mébinaire organisé par le Monaco Economic Board et le Cluster Yachting Monaco. « Lors du premier confinement, deux de nos clients ont décidé de prendre le large pour fuir la pandémie. Depuis, certains anticipent la conception de leur yacht en imaginant de plus grandes capacités de stockage de nourriture et de fioul. D’autres envisagent même d’intégrer à bord un petit hôpital et une salle de classe afin de garantir une plus grande autonomie.»

Ainsi, en répondant plus que jamais aux préoccupations du moment, à savoir le besoin d’évasion et la nécessité de la sécurité sanitaire, le yachting – qui a su fidéliser sa clientèle existante et conquérir de nouveaux marchés – a donc encore de beaux jours devant lui.