Alors que les ventes annuelles sont à la baisse pour de nombreux constructeurs et concessionnaires du monde entier, qu’en est-il du secteur des voitures de luxe en Principauté ? Éléments de réponse.

Avec près de 1,5 millions de véhicules en pertes de production pour les constructeurs automobiles européen et une chute d’environ 25% sur l’année 2020 par rapport à l’année précédent, le marché automobile européen subit la plus forte baisse jamais enregistrée.

Nous n’avons enregistré aucune vente entre avril et mai

Comme une bouffée d’oxygène 

Pour autant, les acteurs de l’automobile de luxe semblent plus nuancés. C’est le cas notamment de Stéphane Colmart, directeur général du Groupe Segond Automobiles à Monaco : « L’impact du Covid est certain car nous avons dû fermer toutes nos entités pendant deux mois. De ce fait, nous n’avons enregistré aucune vente entre avril et mai, constate-t-il. En revanche, la reprise a été plus forte que ce que l’on aurait pu attendre. En effet, dès la fin du confinement, on sentait que nos clients avaient plus que jamais besoin d’une bouffée d’oxygène et véritablement envie de se faire plaisir. Nous avons la chance de travailler essentiellement avec une clientèle monégasque ou résident en Principauté, de ce fait, la fermeture des frontières n’a pas eu d’impact majeur sur nos ventes. »

L’impression générale reste positive sur le segment de l’automobile de luxe

Vers une accélération de la digitalisation 

Pourtant, l’année 2020, qui n’avait pas trop mal commencé, a vu s’annuler tour à tour les plus grands salons de l’automobile, parmi lesquels Top Marques Monaco. Son organisateur, Salim Zeghdar reste toutefois positif. « Dans le secteur de l’automobile de luxe, les constructeurs ont trouvé d’autres moyens de vendre sans avoir à passer par les salons, explique-t-il. Nous espérons toutefois maintenir la prochaine édition de Top Marques, qui se tiendra du 9 au 14 juin 2021. La bonne nouvelle, c’est que les 80 exposants qui devaient venir à l’édition 2020 ont tous reporté pour l’année prochaine. Pour autant, et malgré l’absence de salons en 2020, l’impression générale reste positive sur le segment de l’automobile de luxe. Les constructeurs ont su trouver des alternatives aux salons pour promouvoir leurs nouveaux modèles, ce qui a généré de nouvelles habitudes de ventes et de consommation via notamment la communication ciblée sur les réseaux sociaux. »

Nous touchons une cible plus jeune et plus féminine

L’opportunité unique de se réinventer 

Un constat partagé par Stéphane Colmart, qui voit en la crise du Covid une réelle opportunité de se réinventer : « Le Covid a induit une prise de conscience de notre part, nous essayons de nous renouveler, de faire évoluer nos pratiques en accélérant notamment notre transition vers le numérique. Cette nouvelle forme de communication digitale, sur les réseaux sociaux entre autre, nous a aussi permis d’élargir notre clientèle habituelle et de toucher une cible plus jeune et plus féminine. » L’avenir est en marche.