Que vous habitiez sur la Côte d’Azur ou dans une ville fort fort lointain, tout ce que l’on peut vous assurer, c’est que cet hiver est bien loin de ceux connus pour les sudistes. Cette année, il ne sera pas question de se découvrir d’un fil au moins jusqu’au 15 janvier.

Doudoune, bonnet, écharpe, gants, voilà un starter-pack peu habituel pour les habitants de la Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). Si d’ordinaire, une petite veste suffit sous un doux soleil d’hiver, 2021 en a décidée autrement. En effet, la région affiche des températures entre 6 et 7 degrés sous les normales de saison. 

Pour rappel, l’an dernier à la même période, des baigneurs faisait trempette dans le département du Var. Cela malgré une eau à 13 °C et une température de l’air à peine d’un degré de moins. C’est dire qu’en 2020, Toulon était 10e dans le classement des relevés les plus chauds de Météo France. Ailleurs, le soleil était aussi au rendez-vous, puisque l’année précédente était la plus chaude dans la région PACA comme en France.

Un froid en provenance du Pôle nord ou de la Russie

Interviewé par nos confrères de France 3, le météorologue, Paul Marquis a distingué deux types de froid susceptibles de s’abattre sur la région Paca :  « Le froid polaire maritime vient du pôle Nord, du nord-ouest, c’est un froid humide. Le froid continental vient de Russie, il est plus sec, c’est celui qui règne sur notre région aujourd’hui. » Un froid qui revient de manière cyclique tous les trois ans.

Que l’on soit un baigneur invétéré ou non, est-il question de se réjouir lorsque les températures sont à l’inverse, plus clémentes ? Pas vraiment. Le rapport sur l’état de l’environnement et du développement en Méditerranée (RED 2020), publié en novembre dernier, déclare même que les populations méditerranéennes sont « en danger » face au réchauffement climatique.