Les signes du réchauffement climatique n’en finissent plus lors de cette dernière décennie et d’autant plus en 2020, année la plus chaude enregistrée en France. Une montée des températures qui n’est pas sans conséquences.

Hormis l’arrivée d’un refroidissement exceptionnel d’ici la fin du mois, 2020 devrait exploser les records de chaleur, suivie par 2018 (13,9°C) et 2014 (13,8°C). Un constat qui a été annoncé ce jeudi 17 décembre par Météo France. « Avec une température annuelle moyenne sur le pays proche de 14°C, soit un dépassement de la normale de près de +1,5°C, l’année 2020 est bien partie pour se hisser à la première place des années les plus chaudes que la France ait connues depuis 1900. » Sans compter le fait que, sur les 120 années depuis la réalisation de ces moyennes nationales, les six années les plus chaudes ont été enregistrées depuis 2011.

Un réchauffement planétaire aux conséquences néfastes

Mondialement, même constat : la décennie qui s’achève sera la plus chaude, à l’image des six années écoulées depuis 2015, selon l’Organisation Mondiale de la météo. C’est dire qu’il y a eu lieu de constater une multiplication d’ouragans, de vagues de chaleur tardives et fortes sécheresses. Par ailleurs, les phénomènes météorologiques se multiplient tels que « l’épisode méditerranéen » qui a impacté une partie des Alpes-Maritimes en octobre dernier. Autant de conséquences qui, on espère, encourageront les pays signataire de l’accord de Paris en 2015 à redoubler d’efforts pour limiter le réchauffement climatique.