Commencer par l’égalité fille/garçon pour atteindre l’égalité homme/femme, voilà tout le travail de l’association Aux Cœurs Des Mots (ACDM), que Monaco Tribune met à l’honneur pour le troisième article de notre série consacrée à la Journée des droits des femmes.

Et si la jeunesse prenait part au débat sur l’égalité entre les hommes et les femmes ? C’est dans ce sens qu’œuvrent les 17 femmes, venant de différents horizons, qui ont créé l’association. “Quand on veut changer les choses, je me suis dit qu’il fallait agir dès le plus jeune âge” confie la fondatrice Hilde Haneuse-Heye.

Afin de cristalliser les résultats de ce débat dans un écrit, l’association ACDM a lancé un concours d’écriture car comme le rappelle la présidente “les mots s’envolent, les écrits restent”. La troisième édition intitulée “pour un monde meilleur et juste” a eu lieu en 2020.

La jeunesse s’exprime quand on lui donne la parole

Hilde Haneuse-Heye, présidente de l’association ACDM

Un concours d’écriture pour l’égalité…

Réunissant l’année dernière 54 pays et environ 1 500 élèves issus de classe mixte, ce concours d’écriture vise à intégrer la jeunesse dans le débat sur l’égalité. Que ce soit en écrivant un conte qui illustre une situation d’inégalité, un portrait d’une femme inspirante ou encore un poème sur un monde égalitaire, Hilde Haneuse-Heye souligne que “la jeunesse s’exprime quand on lui donne la parole”. Toutes ces histoires, puisées dans le quotidien de chacun, sont ensuite réunies dans un ouvrage.

Le Togo, élu par un jury composé de personnalités internationales et monégasques, a remporté la deuxième édition du concours grâce à son portrait sur la première femme officier des forces armées congolaises.

…Comme une fenêtre ouverte sur le monde

Le concours est aussi une manière de comparer la vision de la jeunesse sur les inégalités entre les filles et les garçons. Entre des pays en guerre comme la Syrie et des pays comme la France, l’égalité est différente mais “la façon dont les jeunes ressentent les inégalités est la même”.

Les lauréats du monde entier se retrouvent à chaque édition pour le gala de remise des prix. Après avoir été décalé suite à la crise sanitaire, le Prince Albert II, président d’honneur de l’association, a choisi la date du 15 octobre 2021 pour la soirée de cette troisième édition.

La langue française, un vecteur de communication

En plus d’être un projet sur l’égalité des droits, le concours a une portée multiculturelle. Placé sous le patronage de l’Organisation internationale de la Francophonie, il a lieu “là où le débat a le plus de sens”, dans des écoles locales où l’on enseigne le français. Cette langue qui “efface les frontières et réunit les cultures”.

La dernière édition du concours a également permis aux jeunes de “redécouvrir la poésie et d’apprendre que le mot juste est important” selon Hilde Haneuse-Heye.

Pour soutenir ou devenir membre de l’association : https://auxcoeursdesmots.org/devenir-membre ou acdm.association@gmail.com