La semaine dernière, le plan social de la Société des Bains de Mer (SBM) a finalement abouti sur 227 départs volontaires et 4 départs contraints. Un soulagement pour les syndicats et les salariés de l’entreprise. 

Afin de faire face à une nette diminution du chiffre d’affaires notamment causé par l’actuelle crise de la Covid-19, la Société des Bains de Mer avait pris la décision de lancer en octobre dernier un plan social de restructuration. Une première dans l’histoire du groupe, qui a d’ailleurs provoqué un fort mécontentement des syndicats et entraîné plusieurs manifestations.

Le plan social a finalement abouti sur 227 départs volontaires et seulement 4 départs contraints parmi les salariés de la SBM. « Nous avons beaucoup plus de départs volontaires à la retraite que nous estimions», a expliqué Jean-Luc Biamonti, Président Délégué de la Monte-Carlo SBM, lors d’une interview récemment publiée par Monaco Matin, le 5 mars dernier.

« Un contrat parfaitement rempli » 

« C’est un grand soulagement pour tout le monde», a finalement résumé Mikaël Palmaro, Secrétaire général du syndicat monégasque des cadres et employés de la Monte-Carlo SBM, au micro de Monaco Info, le weekend dernier. « Les institutions ont parfaitement rempli leur rôle, notamment le Conseil National dans un soucis de médiation. Le Gouvernement nous a aussi beaucoup écoutés. »

Objectifs tenus selon Mikaël Palmaro : « nous espérions aucun départs contraints, et nous en avons obtenu quatre plutôt que 161, en sachant qu’il y a eu des propositions de mobilité pour les emplois concernés. Nous estimons que le contrat est parfaitement rempli ». Le Secrétaire général du syndicat regrette cependant « la réaction du comité exécutif qui a refusé de participer à l’effort collectif. »

Pour le Conseil National, cet accord est « un exemple de réussite collective face à la crise. » Les conseillers nationaux ont souligné qu’il « s’agissait d’un préalable nécessaire pour la relance de cette société, afin de surmonter la crise actuelle et de se tourner vers l’avenir. »