Dès le mois de juin, les compagnies aériennes lanceront de nouvelles lignes depuis l’aéroport de Nice. Royaume-Uni, Tunisie ou Nord-Pas-de-Calais : autant de destinations qui seront bientôt desservies, alors qu’Air France envisage pourtant de fermer deux de ses bases en région PACA.

Les compagnies aériennes s’attendent à une progressive reprise des voyages cet été ! Air France a ainsi décidé d’ouvrir huit liaisons saisonnières vers la France, l’Europe et l’Afrique : Londres-Heathrow (5 vols par semaine, du 28 juin au 5 septembre), Tunis (2 vols par semaine, du 28 juin au 3 septembre), Alger (1 vol par semaine, du 25 juillet au 29 août), Athènes (3 vols par semaine, du 29 juin au 4 septembre), Rennes (jusqu’à 4 vols par semaine, du 31 mai au 3 octobre), Strasbourg (jusqu’à 4 vols par semaine, du 31 mai au 3 octobre), Caen (3 vols par semaine, du 25 juin au 4 septembre), Biarritz (1 vol par semaine, du 26 juin au 4 septembre).

Ces liaisons saisonnières viendront s’ajouter au programme régulier d’Air France vers Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Lyon, Bordeaux et Lille. « Ce programme de vols est susceptible d’évoluer en fonction des restrictions de voyage », a ajouté la compagnie.

Cet été, plutôt moules ou fish and chips ? 

Air France entrera donc en concurrence avec la compagnie British Airways qui propose déjà des vols depuis Nice jusqu’aux aéroports de Gatwick et de Londres-City. Quant à la compagnie low cost Volotea, elle s’apprête à connecter la capitale des Flandres à la Côte d’Azur, en lançant une toute nouvelle liaison entre l’aéroport de Lille-Lesquin et celui de Nice, dès le 3 juin prochain.

Air France envisage pourtant de fermer sa base aérienne niçoise

Si la liaison entre Nice et Paris-Orly reste la plus dense du programme européen de la compagnie aérienne low cost EasyJet, Air France envisage pourtant de fermer certaines de ses bases en province, à savoir celles de Marseille, de Nice et de Toulouse, en raison du lourd impact de la crise sanitaire de la Covid-19.

Le groupe Air France a en effet perdu 7,1 milliards d’euros en 2020. En tout, 329 emplois sont actuellement menacés par cette restructuration du réseau domestique. « Air France sacrifie la province », a rappelé une partie du personnel concerné lors d’une manifestation, le 28 mars dernier, à Marseille. Ce plan de restructuration ne prévoit pas la suppression des vols intérieurs.

>> À LIRE AUSSI : Quel bilan pour l’Aéroport Nice Côte d’Azur en 2020 ?