À Monte-Carlo, le restaurant La Piazza, fondé en 1996, reste une adresse bien connue des amateurs de cuisine italienne. Cet établissement situé à quelques pas de la plage du Larvotto, qui a récemment perdu l’un de ses fondateurs, Giovanni Orsolini décédé en avril dernier, continue de servir de bons petits plats pour ses clients.

C’est en 1996 que Giovanni Orsolini et Guido Martinelli ont ouvert le restaurant la Piazza, à Monaco. Ces deux passionnés de cuisine italienne, à la fois raffinée et généreuse, ont souhaité faire découvrir à leur clientèle les traditions culinaires qui ont bercé leur enfance : un verre de chianti, un plat aux saveurs de Sicile, une crémeuse mozzarella de buffle ou encore des olives farcies par les cousins de Giovanni Orsolini à Ascoli Piceno, une ville située dans l’est de l’Italie, à quelques kilomètres de la Mer Adriatique.

« C’est là que Giovanni a grandi jusqu’à ses 17 ans, avant de vivre quelque temps de sa passion pour la cuisine en Suisse, en Allemagne puis au Royaume-Uni », précise Karen Orsolini, son épouse, qui travaille depuis toujours à La Piazza.

À table ? Des célébrités du cinéma et de la musique

« Giovanni et moi aurions pu nous croiser à Bristol puisque nous y vivions au même moment, mais c’est finalement en 1976, à Monaco, que nous nous sommes rencontrés, lorsque nous travaillions tous les deux pour l’hôtel Le Méridien », rappelle cette anglaise, également formée à l’hôtellerie, qui vit à Monte-Carlo depuis ses 17 ans.

Nous avons notamment servi des personnalités de la musique et des vedettes du cinéma, notamment un ancien James Bond

Karen Orsolini, l’épouse du restaurateur Giovanni Orsolini

En 1991, Karen et Giovanni Orsolini ont lancé leur premier restaurant à Monaco : Rigoletto. « Je me revois enceinte de mon premier enfant, un pinceau à la main, prendre part aux travaux ! » se remémore-t-elle alors. Le couple a ensuite vendu son restaurant pour se dédier entièrement à La Piazza, qui a rapidement séduit de nombreux clients.

« Nous avons notamment servi des personnalités de la musique et des vedettes du cinéma, notamment un ancien James Bond », s’amuse Karen Orsolini qui souhaite traiter sa clientèle variée sur un même pied d’égalité. « Il m’est arrivé plus d’une fois de discuter avec des clients avant de découvrir quelques heures plus tard qu’ils étaient connus dans le monde entier !»

>> À LIRE AUSSI : La 60ème édition du Festival de Télévision bientôt à Monaco

Du chianti au barolo

Comme me l’a confié l’un de nos serveurs, nous sommes avant tout une famille 

Karen Orsolini, l’une des propriétaires du restaurant La Piazza

« Giovanni Orsolini était un passionné d’œnologie », rappelle son épouse. « Ses livres de chevet ? Une collection d’ouvrages sur le vin, notamment italien ». À chaque printemps, cet amoureux du barolo, un cépage du Piémont, se rendait au salon Vinitaly, à Vérone, à la recherche de nouveaux crus. « Il en ramenait des bouteilles dont personne n’avait jamais entendu parler au restaurant ! » 

Et c’est d’ailleurs pour cela que La Piazza propose aujourd’hui une carte de vins particulièrement variée. « De nombreux clients venaient demander des conseils d’œnologie à mon mari », explique Karen Orsolini, avant de résumer avec humour : « je me contentais de déguster le vin, lui philosophait dessus ! »

Si Giovanni Orsolini est décédé en avril dernier, l’aventure du restaurant La Piazza continue. « Comme me l’a confié l’un de nos serveurs, nous sommes avant tout une famille », conclut Karen Orsolini.

>> À LIRE AUSSI : Changements climatiques : vignes assoiffées ou crus bonifiés ?