Douze jeunes Monégasques travaillent depuis un an sur trois projets pour améliorer la vie des enfants et adolescents en Principauté. Maintenant, l’heure est au bilan.

C’est avec beaucoup de sérieux, et un peu de trac, que les Conseillers Juniors se lèvent un par un dans le grand hémicycle, sous l’œil des intervenants qui les ont encadrés tous les mois pendant un an, mais aussi du Président du Conseil national, Stéphane Valeri, et de Marc Mourou, Président de la Commission de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports. Nous sommes alors le 9 mars, et tous écoutent avec attention les douze jeunes Monégasques présenter en groupe leurs propositions autour des trois thèmes suivants : l’environnement, l’éducation et les loisirs.

Avec beaucoup de professionnalisme malgré leur jeune âge, les adolescents, âgés de douze à seize ans, répètent une dernière fois en vue du 23 mars, date de la présentation officielle dans le grand hémicycle, devant parents, journalistes et membres du Conseil national.

conseil-national-jeunes-grand-hemicycle
© Conseil National

En attendant le jour-j, retransmis en direct, les membres qui ont accompagné ces Conseillers Juniors prodiguent leurs derniers conseils. Posture, regard et voix sont scrutés attentivement et corrigés si nécessaires. En parallèle, Stéphane Valeri et Marc Mourou commentent les résolutions des jeunes et proposent des modifications pour que les textes soient aussi parfaits et convaincants que possible. Car l’enjeu est de taille : ces propositions seront réellement soumises au vote des Conseillers Juniors et pourront être mises en place dans le futur.

conseil-national-jeunes-travail-groupes
Une fois par mois, les jeunes se sont réunis par groupes de travail avec le personnel encadrant – © Conseil National

C’est, du moins, ce qu’espère l’équipe encadrante, car cette édition du Conseil national des Jeunes est la toute première. « On s’est plongés dans le vide, confie l’un des permanents, qui a accompagné les adolescents dans cette nouvelle expérience. C’est quelque chose qui n’avait jamais été fait à Monaco. Comme c’était un engagement de la majorité, il a fallu inventer pas-à-pas un mode d’emploi et on a tracé les étapes fondatrices au fil des réunions, avec les jeunes, qui ont pu avancer très librement. On aurait pu croire de l’extérieur que c’était un projet un peu « cosmétique » mais la réalité, c’est que ces douze ados se sont imposés progressivement comme un groupe, avec ses questions, son expression, ses demandes. On a eu, avec eux, un vrai travail de conception, de suivi, de recherche, d’écriture… Aujourd’hui, on peut être tous fiers du travail accompli. Je suis très admiratif : j’ai vu un groupe d’adolescents devenir de jeunes adultes. »

C’est une super expérience à vivre. Si c’était à refaire, je le referais sans hésiter !

Emma, seize ans

LIRE AUSSI : Reportage. Au cœur de la Police Scientifique de Monaco

Faire entendre sa voix

Et ces « jeunes adultes », qu’en pensent-ils ? Emma, Mélissa et Julien nous ont partagé leur retour d’expérience. Pour eux, le bilan est 100% positif.

« C’est une super expérience à vivre, témoigne Emma, seize ans. Si c’était à refaire, je le referais sans hésiter ! » Et pour cause : la jeune fille rêve depuis toujours de suivre des études en Sciences Politiques, afin d’intégrer un jour la prestigieuse institution ou les Nations Unies. Engagée au sein du groupe « Environnement », un thème qui lui tient à cœur, elle se dit très fière d’avoir pu faire entendre sa voix sur un sujet aussi important : « Cette expérience nous a fait prendre conscience de ce qu’il est possible de faire ou non. Même si on a des projets intéressants, parfois le budget, l’espace ou les matériaux n’y sont pas. Mais l’espoir fait vivre. Si on n’espère pas, on stagne. »

conseil-national-jeunes-emma
Emma, seize ans – © Conseil National

Effectivement, les propositions du groupe sont très ambitieuses : collecte des déchets par voie souterraine, poubelles de tri dans chaque immeuble, fin du gaspillage énergétique, constructions écoresponsables, charte de bonne conduite environnementale pour les touristes… Les idées sont nombreuses. Et même si toutes ne pourront pas être appliquées tout de suite, elles témoignent du sérieux des jeunes sur le sujet : « la survie de l’humanité passe par l’environnement, mais on le détruit. C’est très important de mettre en avant que tout ça peut être irréversible. J’ai seize ans et je me demande s’il est pertinent d’avoir des enfants, si c’est pour leur offrir un monde qu’on est en train de détruire », ajoute Emma.

LIRE AUSSI : Budget 2022 : quels sont les grands axes votés par le Conseil national ?

On peut faire parler nos amis, représenter leurs droits

Mélissa, quinze ans

Représenter les jeunes Monégasques

De son côté, Mélissa, quinze ans, a choisi l’éducation. En classe de seconde, elle rappelle l’importance du bien-être des élèves dans leur parcours scolaire. « En étant Conseillers Juniors, on peut faire parler nos amis, nos camarades, représenter leurs droits », explique-t-elle. D’une meilleure coordination des devoirs, aux voyages de classe, en passant par le poids des cartables et la lutte contre le harcèlement scolaire, le groupe a abordé un panel d’idées très large, afin de couvrir la quasi-totalité des problématiques que peuvent rencontrer les élèves dans leur parcours.

conseil-national-jeune-melissa
Mélissa, quinze ans – © Conseil National

« Cette année nous a fait grandir, ajoute la lycéenne. On a appris à considérer une question sous tous ses angles, à chercher toutes les réponses auprès des adultes, à anticiper et approfondir. » Et même si l’adolescente ne se voit pas forcément embrasser une future carrière politique, elle s’est découvert, grâce à cette expérience, un véritable goût pour la prise de parole : « ça me sera très utile pour le relationnel et mon futur métier. »

Le plus gros défi, c’était d’apprendre à gérer mon stress. Les séances en grand hémicycle m’ont bien aidé

Julien, quinze ans

Julien, quinze ans, sort aussi grandi de cette première édition : « Le plus gros défi, c’était d’apprendre à gérer mon stress. Les séances en grand hémicycle m’ont bien aidé, c’était une expérience unique ! » Ouvert à l’idée d’occuper un jour un fauteuil du Conseil national, ce jeune élève de seconde s’est concentré sur le thème des loisirs. Un choix qu’il explique très simplement : « en tant que jeune à Monaco, il n’y a pas tant d’activités que ça, parfois on s’ennuie un peu. »

conseil-national-jeunes-julien
Julien, quinze ans – © Conseil National

Son groupe a d’ailleurs décidé de proposer deux projets très concrets et d’envergure : un parc aquatique gonflable respectueux des fonds marins et une patinoire à rollers avec soirées à thème, danse et anneaux de glisse. Des projets salués par Stéphane Valeri, qui y voit la manière la plus rapide d’illustrer le travail mené par ce Conseil national des Jeunes.

Pour Julien, le jour où ce projet a pris forme sur le papier reste gravé dans sa mémoire. Emma, elle, se souvient avec émotion de sa première entrée dans le grand hémicycle. Mélissa, quant à elle, se rappelle sa première rencontre avec les autres Conseillers Juniors et réalise avec fierté le chemin parcouru depuis.

Autant de souvenirs marquants que ces trois Conseillers nationaux en herbe conservent précieusement, à l’approche du grand jour où ils pourront, enfin, présenter le fruit de leur labeur.