Analyse

Top 3 des sculptures les plus insolites de Monaco

top-3-des-sculptures-les-plus-insolites-a-monaco
Jérôme Vinette

Voici le troisième volet de notre série consacrée aux sculptures de Monaco.

Parmi les nombreuses œuvres d’art exposées en Principauté, certaines statues captent notre attention de par leur originalité. Après les sculptures dédiées aux Souverains monégasques, la rédaction a sélectionné trois œuvres insolites de Monaco.

« Le Manteau de la Conscience », par Anna Chromý

« Le Manteau de la Conscience », par Anna Chromý – © Jérôme Vinette

Nous commençons par l’une des plus célèbres : le « Manteau de Conscience ». Cette statue située sur le Rocher se révèle plutôt impressionnante, voire légèrement inquiétante. Sur le chemin menant au Musée Océanographique, les passants croisent la route d’un grand personnage assis, caché sous un large manteau blanc. Tel un fantôme, elle représente en vérité une vierge sans visage en marbre blanc.

Cette sculpture récente (2014) est un cadeau du Club International Allemand de Monaco au Prince Albert II. Elle a été faite par l’artiste tchèque, Anna Chromý, décédée en septembre dernier. L’objectif de ce « Manteau de la Conscience » est de nous inciter à réfléchir sur nous-mêmes et nos actions.

L’artiste tire son inspiration d’Albert Einstein. « La plus belle expérience que nous puissions avoir est le mystérieux. C’est l’émotion fondamentale qui se tient au berceau de l’art vrai et de la vraie science », explique-t-elle lors d’un discours au moment de l’inauguration.

A travers ce Manteau, Anna Chromý affirmait sur son site internet que « chercher la beauté » est une chose qui « n’est pas toujours évidente dans l’art de nos jours (…) La beauté est pour moi l’image physique de l’harmonie, l’harmonie entre l’homme, la nature et toute la création. »

LIRE AUSSI : Anna Chromý, artiste, éternelle perfectionniste et généreuse de cœur

Le « Motophant », mi-moto, mi-éléphant

Le « Motophant », par Armand Fernandez – © Jérôme Vinette

Si l’art laisse parler l’imagination, c’est aussi un excellent moyen d’exprimer son opinion. C’est le cas d’Armand Fernandez, ou Arman tout court, artiste franco-américain né à Nice en 1928, créateur du « Motophant ». Sur cette sculpture, un éléphant est représenté avec un corps de moto, le dos recouvert de ferraille, et les pattes attachées à des roues. Cette sculpture, réalisée en 1988, se trouve dans le parc de Fontvieille.

Avec cette œuvre d’art, Arman aurait voulu dénoncer les actions humaines et leurs conséquences pour la planète. Ici, l’artiste met en scène l’impact de la technologie moderne (la moto) sur la nature (l’éléphant), qui est menacée par la suite. Cela expliquerait la ferraille rouillée de la moto sur l’éléphant en danger.

LIRE AUSSI : Top 3 des sculptures récentes à Monaco

« Le Couple Assis » (The Sitting Couple)

« Le Couple Assis » (The Sitting Couple), par Lynn Russel Chadwick – © Jérôme Vinette

Toujours vers le parc de Fontvieille, vous y trouverez probablement une sculpture à la silhouette assez étrange intitulée « The Sitting Couple », réalisée par Lynn Russell Chadwick. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un couple assis, sur un banc. Le plus curieux dans cette sculpture, c’est l’étrange forme des corps des personnages.

L’homme et la femme sont assis, tournés vers la route où passent les voitures. Une mise en scène qui laisse penser à un couple en pleine réflexion.

Ce n’est d’ailleurs pas la seule sculpture du genre : Lynn Russell Chadwick était justement connu pour ses « sitting couples », qui sont aujourd’hui exposés à travers le monde.