Brève

Zhang Zhang reçoit le Prix Jean-Pierre Bloch de la Licra

zhang-zhang-recompense
Marco Strullu - De gauche à droite : Axel Hoppenot, Francis Szpiner, Elizabeth Moreno, le Prince Albert II, Zhang Zhang, Claude Pierre-Bloch et le General Denis Mercier

Le Prince Albert II était présent pour remettre la prestigieuse distinction.

C’est une très belle distinction que Zhang Zhang, violoniste au sein de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, a reçue le 31 mars dernier, au sein de l’Ambassade de Monaco à Paris.

Le Prince Albert II a en effet remis à l’artiste le Prix Jean-Pierre Bloch de la Licra, au cours d’une cérémonie présentée par Christophe Steiner, Ambassadeur de Monaco dans la capitale. Un prix dédié aux artistes dont le travail et l’engagement contribuent à la paix et au progrès social, contre la discrimination et la haine. Étaient présents plusieurs membres de la Licra, mais aussi des membres de la famille Pierre-Bloch, parmi d’autres invités prestigieux.

D’autres grands noms de l’art ont également été récompensés par le passé, à l’instar de la cantatrice Barbara Hendricks, du chanteur Charles Aznavour ou du cinéaste Radu Mihaileanu.

LIRE AUSSI : Zhang Zhang : « La musique peut servir toutes les causes »

Zhang Zhang a reçu ce prix en raison de son engagement dans les projets de philanthropie musicale, illustrés par Zhangomusiq, une association créée en 2007 et qui est à l’origine de plus de 70 projets musicaux en faveur de causes humanitaires, écologiques et éducatives à travers le monde. Des actions d’ailleurs soutenues par le Prince Albert II et le Gouvernement Princier.

« C’est à Monaco que j’ai réalisé la vraie puissance de la musique, a déclaré Zhang Zhang. En tant qu’artistes et musiciens, nous avons une scène, un public, Au-delà du divertissement et de la conservation des traditions culturelles et musicales, nous devons aussi être des leaders actifs pour promouvoir le progrès social de notre communauté et la paix dans le monde. Nous pouvons être un pont, un lien qui unit les peuples. Nous pouvons générer des prises de conscience et soutenir concrètement de bonnes causes, qu’elles soient humanitaires, éducatives, ou écologiques. La musique est un langage humain universel, même si on ne parle pas la même langue, nous pouvons chanter, danser et jouer de la musique tous ensemble. Jouer à plusieurs ne veut pas dire que nous jouons de la même manière : c’est l’art de jouer différemment mais l’un AVEC l’autre. La meilleure des musiques est riche de diversité et de contrastes, à l’image des meilleures sociétés humaines. Il faut s’écouter, se respecter, dialoguer, échanger, et s’inspirer mutuellement. Je suis particulièrement reconnaissante envers la Principauté, je ne peux imaginer un autre pays où une jeune artiste anonyme, armée seulement d’un violon et d’un rêve, aurait reçu autant de bienveillance, de générosité et de soutien. Vivre et travailler parmi plus de 140 nationalités en harmonie et avec amitié est un mode de vie précieux, dans un monde de plus en plus complexe et divisé. Dans l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, nous avons 19 nationalités différentes, guidées par un directeur artistique japonais. C’est un très bel exemple de vivre ensemble et d’universalisme : partager et créer de la beauté et la joie ensemble, promouvoir la paix, partout sur la planète, pour aujourd’hui et pour demain. »