Enquête

Sécurité routière : Les deux-roues (encore) majoritairement impliqués dans les accidents

Passages-piètons-Monaco
DR

Le dernier rapport du Gouvernement Princier sur la question des accidents de la route révèle une légère tendance à la baisse ces dernières années. Mais les deux-roues restent toujours fortement impliqués et l’essor des trottinettes électriques pourrait accentuer ce phénomène. Explications.

Publicité

Pas une semaine ne se passe sans qu’un accident routier ne soit recensé sur les routes menant à Monaco. Que ça soit sur les axes Nice-Monaco ou Menton-Monaco, de nombreux accrochages sont à déplorer.

Avec près de 50 000 pendulaires qui se rendent chaque jour à Monaco depuis Nice ou Menton, le risque accidentogène reste élevé aux abords de la Principauté.

Les deux-roues majoritaires dans les accidents corporels

Si depuis 2007, le nombre d’accidents en deux-roues a considérablement baissé, passant de 174 à 83 l’année dernière, le deux-roues reste le mode de déplacement le plus dangereux, notamment avec les motocyclettes légères, dont les cylindrées sont comprises entre 50 et 125 cm3.

D’après le dernier rapport du Gouvernement, les deux-roues restent plus que majoritaires dans les accidents corporels (73,5 %). Dans trois-quarts des cas, un deux-roues est impliqué dans un accident.

LIRE AUSSI : Stéphane Meoli, votre sécurité, c’est aussi grâce à lui

Dans la moitié des cas, l’accident se produit entre un deux-roues et un véhicule léger. Parmi les causes les plus notables, on retrouve majoritairement des défauts de maîtrise du véhicule, parfois liés à la vitesse, mais aussi à l’alcool ou à l’inattention.

Souvent dénoncés par les usagers, les aménagements dangereux sur les routes, les ronds-points ou les dos d’âne non conformes seraient également la cause des accidents en moto. Toujours d’après le rapport du Gouvernement, une part non-négligeable de piétons imprudents ont été responsables des accidents ces dernières années.

Pour faire face à ces drames et pour préserver les piétons, nombreux à Monaco, plusieurs innovations ont été appliquées par la Principauté.

Des solutions déjà appliquées, d’autres étudiées

Des passages piétons dotés de bandes blanches de guidage pour aider les malvoyants et les aveugles ont été déployés, tandis que les trottoirs ont été abaissés il y a quelques années.

Face à l’usage toujours plus grandissant de la trottinette électrique en ville, qui s’est accompagné de comportements inadaptés sur les routes, avec des engins pouvant aisément atteindre les 50 km/h (comme les cylindrés de 50 cm3), le Gouvernement a rendu le port du casque obligatoire pour les usagers de trottinettes électriques depuis le 24 janvier 2022.

Des stages de sensibilisation pour les auteurs d’infractions, à moto et en trottinettes électriques, pourraient également être mis en place dans les prochains mois.

LIRE AUSSI : Monaco, un pays sûr pour les piétons ?

Quant aux nouveaux radars fixes, aucune installation n’est prévue à ce jour. Peu convaincu de l’utilité de ces derniers, souvent repérés par les automobilistes et les motomobilistes, le Gouvernement plancherait plutôt pour un renforcement des contrôles de vitesse aléatoires, en plus de la présence déjà dissuasive des forces de police.

De son côté, la Famille Princière participe régulièrement aux campagnes mondiales de sécurité routière de la Fédération Internationale de l’Automobile. L’objectif étant de faire de la Principauté l’un des lieux les plus sûrs du monde sur les routes.