Le pilote monégasque a été contraint à l’abandon ce dimanche sur le circuit de Bakou. Vainqueur de la course, Max Verstappen (Red Bull) s’envole en tête du championnat.

C’est une nouvelle désillusion qu’a vécu Charles Leclerc ce dimanche. Quinze jours après une erreur de stratégie de la Scuderia Ferrari à Monaco, qui lui a coûté la victoire et le podium en Principauté, le pilote Ferrari a encore vu ses chances de victoire s’envoler en Azerbaïdjan.

LIRE AUSSI : Charles Leclerc devient l’ambassadeur d’APM Monaco

Alors qu’il s’était une nouvelle fois élancé en pole position, comme à Monaco, Charles Leclerc a vu sa Ferrari rendre l’âme au 20e tour de course. Une panne moteur fatale, synonyme de fin de course et de zéro pointé.

Le titre s’éloigne déjà

« Les mots sont difficiles à trouver, ça fait mal, a soufflé Charles Leclerc, forcément abattu quelques minutes après son abandon. J’ai perdu de la puissance, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’espère gagner la prochaine fois pour se relever. La motivation est toujours là, mais ça fait trois coups durs d’affilée… »

LIRE AUSSI : Formule 1 : L’avenir du Grand Prix de Monaco toujours menacé ?

En Espagne, le Monégasque avait déjà dû abandonner pour une problème de turbo. Des points envolés qui permettent à Max Verstappen (Red Bull), vainqueur de la course devant son coéquipiers Sergio Perez (Red Bull) et Georges Russell (Mercedes) de conforter sa place de leader au championnat du monde (150 points, contre 129 pour Perez et 116 pour Leclerc).

Prochain Grand Prix, le 19 juin prochain à Montréal pour le GP du Canada.