Le pilote monégasque a été contraint à l’abandon au 27e tour, laissant Max Verstappen (Red Bull) prendre la tête du championnat du monde pour la première fois de la saison.

Tout semblait si parfait, finalement trop beau pour être vrai. Parti en pole position, largement en tête du Grand Prix pendant près de trente tours, Charles Leclerc (Ferrari) a une nouvelle fois connu une terrible désillusion. Victime d’une perte de puissance, sa monoplace a rendu l’âme à la mi-course, laissant tout espoir de victoire s’envoler.

LIRE AUSSI : Tête-à-queue pour Charles Leclerc au Grand Prix historique de Monaco

« Ça fait mal, regrettait Leclerc à l’issue de la course. Mais il faut relativiser et retenir le positif. On a réussi à régler nos problèmes de dégradation de pneus et la voiture était très rapide. Il faut régler ces problèmes de moteur pour ne pas revivre cette expérience au cours de la saison. Depuis le début de la saison, nous n’avons pas connu un seul problème. Les ingénieurs ont fait un énorme boulot cette saison. Nous allons revenir meilleur.»

Max Verstappen et Red Bull en profitent

Vainqueur de deux Grand-Prix (Bahreïn, Australie) depuis le début de la saison, le Monégasque avait une occasion unique de reprendre de l’avance sur son principal concurrent, Max Verstappen (Red Bull), au championnat du monde des pilotes et recoller à trois victoires partout. Il n’en est rien. Pire, le champion du monde en titre en profite pour récupérer la place de leader, à une semaine d’un Grand Prix de Monaco qui s’annonce palpitant.

LIRE AUSSI : Grand Prix de Miami : Nouveau podium pour Charles Leclerc

En l’absence de Charles Leclerc sur la piste, les deux Red Bull en ont profité pour faire le plein de points, prenant le meilleur sur George Russell (Mercedes), auteur d’une course prometteuse au volant d’une Mercedes revigorée après un début de saison raté. Au championnat du monde des pilotes, Max Verstappen (110 points) prend donc la tête devant Charles Leclerc (104 points), alors que Red Bull (195 points) en profite également pour dépasser Ferrari (169 points) au championnat du monde des constructeurs.