Pratique

Quelle langue doit-on parler à Monaco ?

principaute-monaco-attractivite
(Re)découvrez avec Monaco Tribune les sept principaux quartiers de Monaco. © Monaco Tribune

Français, anglais, italien, russe ou monégasque ? Cette question épineuse a été soulevée par une internaute sur Facebook. 

Publicité

Avec l’avènement de l’anglais comme langue mondiale, il est de plus en plus courant d’entendre la langue de Shakespeare au détour d’une rue monégasque. L’italien est, lui, depuis longtemps présent en Principauté, du fait de la culture et de l’histoire de Monaco. Le russe aussi a su trouver sa place dans les langues parlées de Monaco grâce à sa forte communauté.

Le français, l’italien puis l’anglais ?

Le français reste indéniablement la langue officielle de la Principauté. Héritage de l’histoire de Monaco, la Constitution de 1962 le stipule clairement. Tous les documents officiels des institutions politiques et juridiques doivent être publiés en français.

Les internautes sont le plus souvent d’accord avec cela. Par exemple, Sylvie affirme que « la langue officielle et la plus courante est le français. » Rene Serge nuance : « En 1960, l’italien et le français. En 2020, l’anglais, le français et l’italien. » Quant à « Louis Xiv » : « Ah non, l’anglais ne suffit pas non ! La langue officielle est le français, beaucoup de résidents parlent anglais mais c’est surtout dans les administrations que ça coince… »

La place du français ne fait pas débat dans les commentaires et les chiffres appuient leurs affirmations. En plus des Monégasques, pour qui le français est la langue maternelle, les résidents français à Monaco sont largement majoritaires selon l’IMSEE. En 2016, il y avait 9 286 Français résidant à Monaco. Viennent ensuite les Italiens avec 8 172 résidents et loin derrière, les Britanniques (2 795), les Suisses (1 187) et les Belges (1 073). Au total, le nombre de Monégasques et résidents parlant français est très largement majoritaire.

Dans le travail aussi, la langue française reste principalement employée. En 2021, toujours selon l’IMSEE, 62,2% des travailleurs étaient Français. Les Italiens représentaient, eux, 15,3% des travailleurs.

En revanche, l’utilisation de l’anglais plutôt que de l’italien peut poser question. Si les Italiens et la langue italienne arrivent en deuxième place après le français, l’anglais comme langue mondiale supplante la légitimité de l’italien comme langue secondaire de la Principauté.

Quid du monégasque ?

Si la langue locale revient en force ces derniers temps, elle est encore loin d’être parlée par une large partie de la population résidente. Pour préserver la langue monégasque et lui éviter une extinction progressive, la langue est à présent enseignée à l’école et chaque année se tient le concours de langue monégasque.

L’hymne officiel est chanté en monégasque et pour preuve de l’engouement et de la mise en valeur de la langue locale, le Prince Albert II a prononcé, en 2005, un discours en monégasque dédié à son peuple. Aujourd’hui, environ 5 000 personnes le parlent, signe d’une jolie résurrection de la langue menacée d’extinction à la fin des années 70.

LIRE AUSSI : VIDÉO. Apprenez les bases de la langue monégasque en trois minutes

La prépondérance du français ne fait aucun doute sur son utilisation courante à Monaco. Cependant, du fait du cosmopolitisme de la Principauté, ses habitants parlent souvent plusieurs langues et il est aisé de se faire comprendre. Alors que vous parliez français, anglais, italien ou monégasque, à Monaco, vous trouverez toujours quelqu’un pour vous comprendre.