Brève

Electricité : la facture des foyers monégasques risque de gonfler en 2023

Électricité Monaco SMEG
© SMEG

En 2022, l’impact de la guerre en Ukraine a été minime sur la facture d’électricité des résidents et entreprises monégasques, mais les choses pourraient se compliquer l’année prochaine.

Interrogé par Monaco Info, le directeur de la SMEG (Société Monégasque de l’Electricité et du Gaz) Thomas Battaglione, explique que la reprise économique post-Covid-19 engendre une augmentation des besoins énergétiques (électricité, gaz, pétrole, etc).

En parallèle, l’offre est perturbée par le conflit russo-ukrainien qui implique des réductions, voire des suspensions de livraisons de gaz russe vers l’Occident, et par la fermeture progressive des centrales nucléaires en Europe.

Résultat : les approvisionnements en Europe sont de plus en plus difficiles. Le risque de pénurie est réel et l’augmentation des prix paraît inévitable.

Les tarifs inchangés cette année

L’augmentation des prix se constate déjà en France et dans d’autres pays comme l’Allemagne, mais pas encore à Monaco. En effet, la Principauté est épargnée jusqu’alors, car si la SMEG achète son électricité et son gaz sur les marchés Européens, cette dernière a pu sécuriser les approvisionnements avant le commencement de la guerre en Ukraine et le début de la crise sanitaire.

Les tarifs de 2022 sont donc plus ou moins identiques à ceux des années précédentes.

LIRE AUSSI : Entre économies et écologie, quelle est la meilleure source d’énergie à Monaco ?

Hausse de 40% en 2023

« Pour 2023, on se retrouve exactement dans le même contexte que tous les pays européens », alerte le directeur de la SMEG qui achète désormais l’électricité à des prix bien plus élevés. Cela signifie que si les conditions d’achat restent inchangées, la hausse sur les tarifs de vente sera, l’année prochaine, de 40% pour les résidents et les entreprises monégasques.

Une augmentation significative qui pourrait mettre dans l’embarras les ménages les plus modestes et les entreprises les plus petites. D’autant plus que l’inflation se ressent par ailleurs. Alimentation, immobilier, carburant… La flambée des prix actuelle n’épargne aucun secteur. 

Pour alléger la facture, la SMEG réfléchit donc avec le Gouvernement à la mise en place d’un mécanisme tampon. En France par exemple, l’exécutif mise sur le bouclier tarifaire. Un dispositif consistant à plafonner la hausse des prix de l’énergie pour protéger le pouvoir d’achat des Français.