Brève

Le délicat problème entre les taxis monégasques et français a trouvé sa solution

reunion-question-taxis-vtc-monaco-alpes-maritimes
Michaël Alesi - Direction de la Communication

Les nouvelles dispositions entreront en vigueur à partir de janvier 2023.

Dorénavant, ce sera chacun chez soi. Ces derniers mois, les relations étaient devenues tendues entre les taxis français et monégasques. En mai dernier, les taxis maralpins étaient même allés jusqu’à déposer un préavis de grève avant que le Gouvernement Princier n’augmente le quota de vignettes permettant aux taxis français d’exercer leur métier sur le territoire monégasque.

Vendredi dernier, le Ministre d’Etat, Pierre Dartout, accompagné des Conseillers de Gouvernement-Ministres Jean Castellini et Patrice Cellario, ont rencontré le Préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez. A l’issue de la rencontre, un accord a été trouvé.

LIRE AUSSI : Comprendre les tensions entre taxis maralpins et monégasques en cinq minutes

Egalité de traitement

A partir du 1er janvier 2023, et ce pendant trois mois, les taxis et VTC seront libres de déposer leurs clients sur les deux territoires mais aucun ne pourra prendre en charge de nouveaux clients sur le territoire de l’autre. Une demi-solution donc, mais qui a le mérite d’apaiser les tensions et de loger tous les professionnels du transport à la même enseigne.

D’ici-là, les taxis maralpins disposant d’une vignette pourront pleinement exercer à Monaco jusqu’au 31 décembre 2022. Alors que les vignettes étaient valables jusqu’au 31 octobre, le Gouvernement Princier a allongé leur durée de vie, sans aucun surcoût. 

Les différentes parties se sont données rendez-vous, de nouveau, en décembre.