Publicité
Reportage

Au coeur de l’exposition Monaco on Stage

STE-MONACO ON STAGE-20-compressed
Direction de la Communication - Stéphane Danna

Eva Dmintenkro, mĂ©diatrice culturelle de Monaco on Stage, nous a emmenĂ© dans les diffĂ©rentes salles de l’exposition.

Publicité

L’exposition a mis l’accent sur l’aspect ludique de la musique. Eva Dmitrenko nous raconte que le commissaire de l’exposition, Alex Jaffray, et le scĂ©nographe Rudy Sabounghi se sont mis d’accord sur une phrase : « Jouer de la musique Â». 

La Blackie, guitare d’Éric Clapton, s’illumine Ă  son tour. Photo : Monaco Tribune

Au sein des diffĂ©rentes salles, le visiteur est rĂ©gulièrement guidĂ© par la lumière. Le dĂ©but de l’exposition nous montre plusieurs guitares, ayant appartenues Ă  des guitaristes lĂ©gendaires (attention, ce sont les mĂŞme modèles sans ĂŞtre les originales). La pièce est assez sombre mais dans un roulement bien prĂ©cis, chaque guitare se voit Ă©clairĂ©e Ă  son tour. Une musique du guitariste en question accompagne cette mise en lumière. L’instrument le plus connu est sĂ»rement La Blackie, inventĂ©e par Eric Clapton. Lui-mĂŞme a crĂ©Ă© cette guitare Ă  partir de diffĂ©rentes guitares qu’il avait achetĂ©es « pour une bouchĂ©e de pain » nous conte Eva Dmitrenko.

La loge reconstituĂ©e d’une diva. Photo : Monaco Tribune

Nous accĂ©dons aux loges reconstituĂ©es de deux familles d’artistes, les divas et les crooners. « Les divas, ce sont des artistes femmes avec des voix reconnues pour leur performances vocales mais aussi des costumes particulièrement extravagants Â»  nous explique la mĂ©diatrice de l’exposition.

LIRE AUSSI : Appel Ă  candidatures : Prix de la Photographie Environnementale de la Fondation Prince Albert II

L’exposition se poursuit, nous sommes constamment accompagnĂ©s par de la musique et des jeux de lumières, favorisant l’immersion du visiteur. Un long couloir est parsemĂ© de pochettes d’albums de groupes connus et reconnus. Sur notre droite se trouvent les portraits d’un membre de chacun des diffĂ©rents groupes, venu se produire Ă  Monaco seul. « Par exemple, Louis Bertignac du groupe TĂ©lĂ©phone ou Brian Wilson des Beach Boys Â» nous montre Eva Dmitrenko.

Après avoir Ă©coutĂ© plusieurs performances vocales de grandes chanteuses de jazz, notre immersion se poursuit. Une reconstitution des murs du Moods, recouverts de dĂ©dicaces d’artistes y ayant performĂ©, prĂ©cède l’expĂ©rience finale. Dans cette dernière, le visiteur entre sur scène comme s’il Ă©tait la dernière rockstar en vogue. Lumières, instruments, public, le dĂ©cor est complet pour une trentaine de secondes de dĂ©monstration. Ă‰videmment, nous ne spoilerons pas son contenu.

Les murs du Moods, recouverts d’Ă©critures laissĂ©es par les artistes

Avant de clĂ´turer notre visite, notre coup de coeur de l’exposition s’est portĂ© sur les Ă©coutes a cappella de chanteurs et chanteuses ayant marquĂ© leurs Ă©poques. Trois casques, une petite salle et de l’Ă©motion. JosĂ©phine Baker, Sting, Charles Aznavour ou encore Elton John nous font plonger dans les univers de leurs voix.

De nombreux artistes se sont produits Ă  Monaco, que cela soit au Sporting, au Moods ou Ă  l’OpĂ©ra. La dernière salle de notre visite retrace les douze artistes s’étant le plus rendu en PrincipautĂ© pour y jouer sur scène. Nous vous laissons les dĂ©couvrir mais parmi eux, d’importantes personnalitĂ©s françaises comme internationales y figurent. Johnny Hallyday y a par exemple jouĂ© 12 fois sur des scènes monĂ©gasques entre 1962 et 2015. 

Infos pratiques :

  • Date : jusqu’au 31 dĂ©cembre 2022
  • Lieu : Salle d’Exposition du Quai Antoine Ier
  • EntrĂ©e libre