Publicité »
Interview

Monaco Ambassadors Club : une grande famille, unie par une même vision écoresponsable

gala juin 2022 monaco ambassadors club
© Yvan Grubski

Son histoire, son évolution, ses actions… Retour sur ce club qui fête cette année son cinquantième anniversaire.

Lorsqu’il nous raconte la naissance du club, Christian Moore, son Président, a le sourire aux lèvres. Et pour cause : depuis cinquante ans maintenant, le Monaco Ambassadors Club (MAC) tisse de véritables liens entre ses membres et œuvre pour le bien commun. « Le club a été créé en 1973, à l’initiative de la Princesse Grace et du Prince Rainier III, nous raconte Christian Moore. Ils voulaient avoir un club qui lierait et responsabiliserait les résidents de la Principauté, qu’ils agissent comme de véritables émissaires de Monaco. Le premier Président, Dieter Friedrich, est malheureusement décédé l’an dernier. Il était directeur régional de la TWA et consul d’Ethiopie et il rassemblait des membres des corps diplomatiques, des politiques, des hommes d’affaires, des responsables culturels, artistiques, sportifs, des scientifiques, des gens de radio, de la presse et des professionnels du tourisme. Autant d’acteurs impliqués dans des activités propres à peaufiner l’attirance de la magie de la Principauté dans le monde. (…) C’était il y a cinquante ans, et aujourd’hui, nous célébrons le cinquantième anniversaire, c’est vraiment formidable ! »

Publicité
Dieter Friedrich fondateur monaco ambassadors club
Dieter Friedrich – © MAC

« Emissaires », le terme n’est pas choisi au hasard. De même, la dénomination d’ambassadeurs pour les membres indique qu’il ne s’agit pas d’une simple adhésion. Les 400 « ambassadeurs » doivent contribuer à faire rayonner l’image de Monaco, notamment sur la scène internationale.

« Le terme « ambassadeur » a été choisi pour remercier chaque membre de contribuer au rayonnement de la Principauté. Lorsqu’ils adhèrent au Club, nous leur précisons même que leurs initiatives valorisant la Principauté seront, bien entendu, considérées », précise Catherine Bernaz, manager du Club. Aussi, ces membres sont soigneusement sélectionnés lorsqu’ils envoient leur candidature.

Publicité »
Catherine Bernaz monaco ambassadors club
Catherine Bernaz – © Fabbio Galatioto

« Toute personne qui souhaite rejoindre le club doit être Monégasque ou résidente à Monaco, explique Christian Moore, mais nous faisons des exceptions pour ceux qui ont un lien personnel ou professionnel avec la Principauté. Nous avons d’ailleurs des membres qui vivent en dehors de Monaco mais qui y sont reliés d’une manière ou d’une autre. »

summer party christian moore prince albert ii monaco ambassadors club
Christian Moore et le Prince Albert II – © Yvan Grubski

Inciter à l’écoresponsabilité

Membre du club depuis 2010 et Président depuis 2019, succédant à Alexander Moghadam, Christian Moore a non seulement vu le MAC évoluer, mais il a surtout souhaité apporter sa touche personnelle. « M. Moghadam était un merveilleux Président : il a multiplié les événements pour réunir les membres et le club n’a cessé de s’agrandir. (…) Quand j’ai pris les rennes, nous avons refait le site et le logo, qui commençaient à dater : j’ai souhaité adapter notre image avec l’évolution visuelle plus moderne. Mais j’ai aussi voulu donner un but à ce club. Monaco compte énormément de clubs et tous ont un objectif. »

Très concerné par les enjeux environnementaux auxquels nous sommes désormais confrontés, Christian Moore a dès lors décidé d’insuffler au MAC cette prise de conscience : « nous savons que notre planète est en difficulté. Objectivement, nous n’avons pas de très belles perspectives pour l’avenir. Et s’il y a une chose que Monaco a bien comprise, en particulier grâce au Prince, c’est l’importance du développement durable. »

Publicité »

Concrètement, cette volonté écoresponsable repose sur un concept-clé : la synergie. « Nous avons des membres très différents au sein du club, détaille son Président. Nous avons des personnes qui travaillent dans des secteurs très variés, nous avons des multi-millionnaires, des milliardaires… L’objectif, c’est d’avoir un club qui apporte de nouvelles idées et qui permette à nos membres de trouver des solutions pour intégrer cette notion de durabilité dans leur activité. »

Des actions positives pour la société

Des objectifs en parfaite harmonie avec le combat mené par le Prince Albert II, Président Honoraire du MAC. « Le Prince Albert II est un homme remarquable, il fait et a fait tellement de choses, commente Christian Moore. Même pour un chef d’Etat, c’est très impressionnant. Et nous sommes heureux d’avoir cette proximité avec le Souverain au sein du club. »

« C’est très inspirant d’avoir le Prince Albert II comme Président Honoraire, ajoute Luc Leleux, Trésorier. Le Prince a prouvé que si vous voulez changer les choses, vous n’avez pas besoin d’être un grand pays. De la même manière, nous n’avons pas besoin d’être un gros club pour adopter une autre façon de vivre. »

luc leleux monaco ambassadors club
Luc Leleux – © Yvan Grubski

Voilà pourquoi chaque candidature est étudiée avec attention et ne se limite pas aux liens entretenus avec Monaco. « En tant qu’ambassadeurs, nous devons non seulement montrer la beauté de la Principauté, mais aussi prouver que nous avons un impact positif pour la communauté. Nous avons décidé de devenir plus sélectifs sur les initiatives, les produits, les comportements qui sont bons pour la communauté, et qui sont en phase avec les défis auxquels la planète est confrontée de nos jours, c’est-à-dire le développement durable et le changement climatique. (…) L’idée est de sélectionner, promouvoir et développer les bonnes initiatives, mais aussi de créer des synergies avec les autres clubs de Monaco. (…) Mais notre but ultime est d’investir dans ces bonnes initiatives. C’est l’une des directions vers lesquelles nous voulons nos orienter. Et donc, la réflexion de Christian est la suivante : comment combiner le but originel du club avec quelque chose de productif, au regard des défis auxquels nous sommes désormais confrontés », poursuit Luc Leleux.

« Les membres doivent être responsables à titre personnel et professionnel, résume Christian Moore. Par exemple, nous n’acceptons pas les fabricants d’armes ou de plastique. Nous choisissons des personnes conscientes de ce qu’elles font, c’est très important. »

Bientôt un Club House pour réunir les membres

Ce n’est donc pas un hasard si le MAC s’est rapproché du célèbre Stars’N’Bars, restaurant mythique de la Principauté, qui a récemment fermé ses portes, mais qui laissera bientôt la place à un nouveau concept. « Nous avons toujours partagé le goût de l’effort pour l’environnement avec Didier Rubiolo [créateur du Stars’N’Bars, ndlr]. Nous nous sommes rapprochés parce que nous partageons ce même désir, cette conscience commune. Quand nos membres nous rejoignent, nous nous assurons qu’ils sont tout aussi motivés que nous à poursuivre ces objectifs pour la planète », précise le Président du club. Aussi, c’est au premier étage du futur nouvel établissement que le Monaco Ambassadors Club installera son tout premier Club House.

« Nous voulions avoir un endroit où les gens pourraient se réunir, exposer leurs idées, réfléchir, débattre… Nous lançons donc le premier Club House du MAC : il ouvrira le 1er juillet prochain, sur le quai Albert Ier », annonce Luc Leleux.

Le lieu devrait donc renforcer les liens, déjà solides, entre les membres du Club. « Une grande famille », selon Christian Moore, marquée par une réelle diversité. « Ce qui est magnifique avec ce club, c’est qu’il est à la fois extrêmement multiculturel et en même temps, vous ne faites pas de différence entre ses membres. Tout le monde est ouvert d’esprit : personne ne se soucie de votre religion, de votre appartenance politique… Ce n’est pas une seule caste », témoigne Luc Leleux.

Des événements caritatifs d’envergure

Ainsi, chaque année, les membres du MAC se réunissent tant en petit comité, par exemple pour des déjeuners dans des restaurants de la Principauté, qu’en grande cérémonie, notamment à l’occasion du Gala de Noël ou de la Summer Party. Des événements couverts financièrement par les frais d’adhésion, et toujours organisés au profit d’œuvres caritatives, tels que la Fondation Princesse Charlène, la Fondation Prince Albert II, Fight Aids, l’Education nationale, l’AMADE Mondial ou encore Amitié sans Frontière internationale. « Nous adorons Monaco, c’est mon pays. Et je pense que nous devons rendre à la société. Les gens imaginent que Monaco est un lieu ensoleillé avec un côté sombre. J’ai toujours vécu à Monaco et je peux dire que le mode de vie ici est un exemple à suivre. Les gens ont adopté une bonne manière de vivre. Mais nous avons aussi cette responsabilité : nous ne pouvons pas prendre sans rien donner en retour », insiste Christian Moore.

Voilà pourquoi le MAC compte parmi ses temps forts la nomination d’un Ambassadeur de bonne volonté : un résident de Monaco qui a accompli quelque chose d’exceptionnel et de positif pour la société. Parmi ces Ambassadeurs, l’on retrouve l’acteur Roger Moore, père de Christian, mais également Sir Stelios Haji Ioannou, Riccardo Giraudi ou encore Louisette Azzoaglio Lévy Soussan. « Nous espérons ainsi inspirer les autres membres : qu’ils voient les efforts que d’autres font pour la communauté », précise Christian Moore.

roger moore ambassadeur bonne volonte prince albert ii
Roger Moore reçoit son diplôme d’ambassadeur de bonne volonté, en présence du Prince Albert II et de la Princesse Charlène à l’Hôtel de Paris, le 12/06/12 – © Yvan Grubski

Malgré deux années marquées par la pandémie alors qu’il débutait tout juste son mandat, freinant ainsi les activités sociales, Christian Moore se dit ravi de constater que le club est sorti plus fort de cette épreuve, avec des membres encore plus soudés.

« Si vous êtes membre du MAC, que l’on soit ambassadeur, consul, président, roi ou empereur, au sein du club, nous sommes tous égaux. Et tout se passe très bien », conclut-il.