Récit

Prise en charge des clients à Monaco, distribution des vignettes.. Bonnes nouvelles pour les taxis français

taxi nice
© Ville de Nice

Avant le début de la haute saison à Monaco, le gouvernement monégasque a annoncé le retour de la vignette saisonnière, permettant aux taxis et VTC français de venir chercher des clients en Principauté.

Publicité

« Jusqu’à maintenant, Monaco applique la politique du « chacun charge chez soi », a introduit le Ministre d’État Pierre Dartout, lors de la conférence qui se tenait ce matin au coeur du Ministère d’État. Depuis le 1er janvier 2023, les taxis français ne peuvent pas venir chercher de clients en Principauté, seulement les y déposer depuis la France, et inversement pour les taxis monégasques. Une politique – trouvée alors que des tensions paraissaient entre taxis monégasques et français – qui fonctionne une partie de l’année où la centaine de taxis sous licence monégasque suffit à assurer le service intra-muros. En temps d’importants événements et d’afflux massif de personnes à Monaco, « les professionnels locaux peuvent être submergés et Monaco a besoin d’être desservi », annonce Pierre Dartout.

Après plusieurs mois de rencontres et discussions entre le gouvernement monégasque, les syndicats de taxis des Alpes-Maritimes, les associations de VTC et la préfecture des Alpes-Maritimes, les vignettes font leur retour en Principauté du 1er avril au 31 octobre. Sept mois qui correspondent à la haute saison touristique monégasque. Quels changements sont à venir ?

320 vignettes saisonnières

« C’est un chiffre qui correspond au nombre vignettes distribuées avant l’arrivée de la période covid », a expliqué Jean Castellini, Ministre des Finances et de l’Économie, laissant présager un accueil touristique important pour l’année 2023. Ces vignettes sont nécessaires pour que les taxis et VTC français puissent récupérer légalement des clients en Principauté. Parmi elles, 300 iront à des VTC, les 20 restantes à des taxis. En comparaison, Monaco avait octroyé 210 vignettes en 2022.

Pour l’acquisition d’une vignette valable sur cette période de sept mois, les chauffeurs devront débourser 600 euros. Pour y être éligible, les autorités monégasques annoncent tenir compte de certains critères administratifs et techniques des véhicules et des chauffeurs, notamment de qualité, d’accueil et de service. Les demandes seront à faire en ligne, sur la plateforme monguichet.mc.

À noter que des transports sans vignettes seront possibles en Principauté. Lorsqu’il s’agira d’excursion d’un client français voulant aller à Monaco, le chauffeur pourra rester à disposition en Principauté pour le ramener ensuite. Il n’écopera pas de l’amende de 37,50 euros réservée aux chauffeurs ne disposant pas de vignettes.

Un enjeu : l’aéroport de Nice

« Ce système ne peut fonctionner que si les grandes remises de Monaco peuvent aller à l’aéroport de Nice », a commenté Pierre Dartout. Depuis le 31 octobre dernier, les chauffeurs monégasques ne peuvent plus aller chercher leurs clients, résidents monégasques seulement, à l’aéroport de Nice. « Ce sont des clients importants, de haut niveau avec un fort pouvoir d’achat », ajoute Jean Castellini.

Que cela concerne le deuxième aéroport le plus emprunté de France ou le territoire des Alpes-Maritimes, la Principauté est encore dans l’attente d’un accord avec les autorités françaises pour que les taxis monégasques et véhicules de grandes remises puissent y charger des clients. Le Ministre d’État se veut optimiste : « Cette réciprocité est dans l’intérêt de tous ».