La course au long cours a lieu jusqu’au 15 janvier. Dernier rallye-raid international à se dérouler sur le continent africain, l’épreuve a débuté depuis Monaco, ce dimanche, avant de rejoindre le Maroc. C’est Adriana Karembeu, ancienne mannequin, philanthrope et marraine de la compétition, qui a donné le départ.

Quai Antoine Ier, ce 30 décembre au matin. Un début de journée en apparence tranquille, mais qui allait bien vite faire un peu de bruit pour les riverains. Car c’est à cet endroit qu’avait été installé le parc fermé où étaient rassemblés les véhicules et les pilotes au départ de la dixième édition de l’Africa Eco Race. Motos, autos et camions ont donc pris le départ (symbolique) de la course, après un top donné par Adriana Karembeu. Si aucun des concurrents n’a fait de coup de la panne, les spectateurs auront pu assister à un beau moment sur le paddock, Alexey Titov, coureur sur Ford Raptor 4×4, ayant en effet demandé en mariage sa compagne juste avant son démarrage !

Une course pas comme les autres

Les quatre-vingts cinq véhicules engagés dans l’Africa Eco Race vont ces jours-ci traverser le Maroc, la Mauritanie pour arriver au Sénégal le 13 janvier. Quelques centaines de kilomètres de spéciale, plutôt techniques et imposant de bien préparer sa navigation, vont rythmer ces journées de compétition un peu particulières. En effet, le monde du rallye-raid a été chamboulé il y a quelques années par le départ du Dakar vers l’Amérique latine, laissant l’Africa Eco Race comme seule course d‘importance à aller aussi loin en Afrique. En affichant une volonté d’éco-responsabilité à tous les niveaux, l’épreuve parvient à concilier sport mécanique de haut niveau et exigence éthique. Des valeurs partagées par la marraine de la compétition, qui aura pu apprécier l’organisation millimétrée de l’Africa Eco Race dès son départ de dimanche.