Pour la première séance publique de l’année, l’ambiance était au beau fixe au Conseil national. Le président réélu Stéphane Valéri a cité le consensus obtenu autour du plan logement comme un exemple à suivre.

Le renouvellement du bureau de l’Assemblée était en tête de l’ordre du jour du premier rendez-vous de l’année du Conseil national, jeudi 4 avril. Et, sans surprise, Stéphane Valeri a été réélu président. Brigitte Boccone-Pagès, plébiscitée à l’unanimité par les 24 membres de la Chambre, a été reconduite dans sa fonction de vice-présidente.

De nombreux sujets potentiellement explosifs

De son côté, Stéphane Valeri a obtenu une très large majorité de 21 voix. Il était le seul candidat. Un Stéphane Valéri qui a reçu les félicitations « chaleureuses et sincères » du ministre d’Etat Serge Telle et qui s’est réjoui d’avoir « redonné au Conseil national la place qui doit être la sienne ». Mais « la recherche du consensus, a expliqué le président réélu, ne doit pas éviter les débats francs et contradictoires. Nous aurons l’occasion de le constater lors de cette session de printemps ».

La session qui s’ouvre sera en effet marquée par de nombreux sujets potentiellement explosifs. Une dizaine de projets (émanant du Conseil national) et de propositions de lois (émanant du gouvernement) seront mis sur la table. Et soumis au vote des députés. La plupart concerne des questions de société sur lesquelles on sait déjà que les avis divergent.

Dépénalisation de l’avortement, mise en place d’un contrat de vie commune, ouverture des commerces le dimanche… Les prochaines séances publiques, prévues les 17 et 19 juin, en diront un peu plus sur l’état d’avancement de ces dossiers. Et sur la possibilité d’un consensus entre la Haute assemblée et le gouvernement. Tout le monde a en tête la « grande satisfaction politique » (dixit Stéphane Valéri) du plan logement, les discutions « franches et directes » entre les différentes parties aboutissant sur un ambitieux programme immobilier. Un précédant à marquer d’une croix blanche pour une année politique apaisée à Monaco.