Tribunal de Première Instance : le juge Levrault ne sera pas reconduit

Tribunal de Première Instance : le juge Levrault ne sera pas reconduit

Depuis trois ans, le magistrat français Edouard Levrault était détaché sur le Rocher. Il vient de se voir notifier le non-renouvellement de ses fonctions par les services judiciaires monégasques. Il y exerçait jusqu’alors la fonction de juge au Tribunal de Première Instance.

Depuis 2005, une convention franco-monégasque permet à des fonctionnaires français d’occuper certains postes relevant de la Principauté de Monaco, sous certaines conditions. C’est dans ce cadre qu’Edouard Levrault, auparavant juge d’instruction à Laon, est passé de la fonction de vice-procureur du Tribunal de Grasse à celui de juge au Tribunal de Première Instance de Monaco, en 2016. Sa charge aurait pu être renouvelée cet été, mais les services judiciaires monégasques en ont décidé autrement.

Une personnalité médiatique

Edouard Levrault a notamment vu son nom associé à celui de plusieurs personnages haut placés du Rocher : dans un premier temps, il avait instruit le dossier opposant le milliardaire et propriétaire de l’A.S. Monaco Dmitri Rybolovlev au marchand d’art Yves Bouvier, que le businessman russe accusait d’escroquerie.

En 2018, la procédure a pris une tout autre tournure après la découverte d’éléments touchant des personnalités monégasques, comme Philippe Narmino, ancien garde des sceaux, Paul Masseron, ex-ministre de l’Intérieur, et Christophe Haget, le directeur de la police judiciaire monégasque. L’affaire avait alors connu un retentissement important dans les médias, à la suite de ces nouvelles inculpations menées par un juge à la réputation de ténacité.

Contacté par nos confrères de Monaco Matin, Laurent Anselmi, le nouveau directeur des services judiciaires, n’a pas souhaité commenter le départ du juge Edouard Levrault.