Lundi 02 décembre la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques débutait à Madrid. Le souverain de Monaco a alors réalisé un discours inspirant pour exhorter les chefs d’État à prendre leurs responsabilités.

L’urgence que représente le réchauffement climatique pour notre avenir nécessite des interventions immédiates à l’échelle internationale. Il convient notamment de faire respecter l’accord de la COP21 à Paris signé par 195 pays en 2015. Avec une limite de la hausse des températures fixée à 1,5 °C, l’engagement n’a pas été tenu. L’augmentation a finalement atteint 1,7% sur l’année 2018. Le Prince Albert II a donc pris la parole afin d’encourager les dirigeants présents à redoubler d’efforts. Il a invité les pays à soumettre des stratégies concrètes pour réduire les émissions de gaz d’ici 2050. « Si nous voulons réellement tenir les objectifs fixés par l’accord de Paris, nous n’avons d’autre choix que d’être plus volontaristes », a expliqué le Prince.

« Il en est encore temps ».

La baisse des émissions est encore trop lente pour concrétiser les objectifs en 2050. Le Prince Albert II a affirmé qu’il était toujours possible d’agir à Monaco comme ailleurs. Il a également donné l’exemple des actions menées en Principauté pour diminuer son empreinte carbone et viser la neutralité. De la suppression du plastique à usage unique au recours à l’énergie renouvelable, les moyens ne manquent pas. Enfin, il a souligné l’importance de la protection des océans face aux dégâts de l’élévation du niveau de l’eau. Une allocution qui, on l’espère, portera ses fruits pour l’avenir de la planète.