Des échanges vifs ont eu lieu entre le Prince Albert II et les élus du Conseil national depuis le début de la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de COVID–19. Alors que les élus reprochent au gouvernement de ne pas les tenir informer sur les décisions prises pour gérer cette crise, le chef d’État rappelle que « les ambitions politiques n’ont pas leur place ». 

Dans un communiqué du Palais princier publié hier, le Souverain a appelé le Conseil national à faire front uni avec le gouvernement face à la crise sanitaire :

Le Prince a pris connaissance, depuis le début de la crise sanitaire du COVID-19, des multiples messages diffusés par le Conseil national, notamment au travers des réseaux sociaux, sur son appréciation de la gestion de cette pandémie par son gouvernement. Il regrette que l’unité nationale prônée par cette Assemblée ne trouve pas d’écho dans le contenu de ses messages qui privilégient la critique permanente et l’appropriation de mesures décidées et mises en place par l’Etat. Une telle attitude ne peut générer dans l’opinion publique que confusion et doute sur l’action gouvernementale.

Son gouvernement et les Services de l’Etat gèrent cette crise sanitaire avec efficacité, anticipant au quotidien l’évolution de la situation avec une seule préoccupation, celle de la préservation de la santé de la population.

Le gouvernement travaille chaque jour à la recherche et à la commande de nouvelles sources d’approvisionnement en matériel médical.

Une importante commande de tests sérologique a déjà été passée et les livraisons de masques ont déjà débuté. Le Prince a décidé de la constitution du Comité Mixte de Suivi COVID-19 au sein duquel le Conseil national est informé de toutes les décisions prises par son gouvernement et où les élus peuvent formuler des propositions soumises à l’appréciation gouvernementale.

Il invite les Conseillers nationaux à démontrer une véritable solidarité avec son gouvernement en mesurant leurs propos et en évitant toute surenchère déplacée. La gravité de la situation impose de la retenue et de la cohésion, où les ambitions politiques n’ont pas leur place.

Le Souverain réitère ses vifs remerciements à tous les personnels engagés dans la lutte contre cette pandémie.

En réponse, le président du Conseil national, Stéphane Valeri, s’est exprimé aujourd’hui à son tour, au nom des 24 élus :

Je tiens à rassurer chacun sur l’état d’esprit des 24 conseillers nationaux, unis comme le pays, pour affronter cette crise sans précédent.

Comme le Prince Souverain, j’estime que « les ambitions politiques n’ont pas leur place », en pareilles circonstances.

Le Prince est un chef d’Etat. Comme tous les chefs d’Etat, il est entouré de conseillers et s’appuie sur des ministres. Force est de constater que depuis le début de cette crise, certains ont donné des conseils à charge contre le rôle de la représentation nationale, générant une crispation institutionnelle qui n’a pas lieu d’être.

Nous remplissons parfaitement le rôle de l’Assemblée élue, tel qu’il est prévu par la Constitution dans le cadre de la monarchie constitutionnelle. Nous faisons ce que nous demandent les Monégasques et agissons en proximité avec la population.

Nous formulons, à notre place, des propositions complémentaires pour que les mesures les plus efficaces possibles soient décidées et mises en œuvre par le Gouvernement Monaco, afin de protéger cette population et soutenir notre économie.

Fidèle à ses engagements, le Conseil National uni, continuera de jouer son rôle de ressource institutionnelle pour l’Etat.

Le Prince Albert II a donné il y a une semaine son accord pour la constitution d’un groupe de travail mixte réunissant les membres du Gouvernement princier et les élus du Conseil National. Ce groupe de travail s’est réuni pour la première fois ce lundi 30 mars.