Parti d’une prometteuse cinquième place sur la grille, le pilote monégasque a dû se contenter d’une huitième place finale à l’occasion du 1000e Grand Prix de Ferrari en Formule 1. Marquée par les nombreux carambolages et abandons, la course a été remportée par le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), devant Valtteri Bottas (Mercedes) et Alex Albon (Red Bull).

Les semaines se suivent et se ressemblent pour Charles Leclerc et Ferrari. Condamné à voir les meilleurs batailler pour la victoire finale, le Monégasque a une nouvelle fois essayé tant bien que mal d’accompagner sa SF1000 le plus haut possible. Parti de la cinquième position sur la grille, Leclerc a réussi un départ canon qui lui a permis de prendre la troisième place pendant quelques tours profitant d’un accident qui a perturbé le début de course avec un drapeau rouge qui a interrompu une première fois l’épreuve italienne disputée sur le circuit du Mugello.

Face à la vélocité de ses concurrents, mieux armés cette années avec leur bolide, le pilote monégasque a subi la loi de Lance Stroll (Racing Point), Daniel Ricciardo (Renault), Alex Albon (Red Bull) et de Sergio Perez (Racing Point) pour se retrouver finalement huitième à l’arrivée de ce Grand Prix de Toscane, alors qu’il avait dégringolé jusque-là dixième place après un deuxième drapeau rouge brandi dans le quarante-sixième tour du GP. Mais profitant d’une pénalité infligée à Kimi Räikkönen (Alfa Romeo), Leclerc a fini par bénéficier des trois points glanés grâce à sa huitième place.

Au championnat du monde, Charles Leclerc pointe également à la huitième place avec 49 points.