Selon un rapport de Campden Wealth, Global Impact Solutions Today et la banque privée Barclays, la crise du Covid-19 a révélé un « essor des investissements positifs à impact social et environnemental chez les fortunes privées ».

Les personnes, familles fortunées et fondations sont de plus en plus nombreuses à vouloir prendre en compte l’impact sociétal et environnemental de leurs investissements : 27 % ont l’intention d’augmenter leur investissement d’impact jusqu’à dépasser les 50 % d’ici cinq ans. De manière globale, la part de ces investissements devrait passer de 20 % en 2019 à 35 % d’ici 2025.

83 % préoccupés par le changement climatique

La grande majorité de ces investisseurs estime avoir une responsabilité envers le soutien d’initiatives environnementales et sociales à l’échelle mondiale. Les impacts à long terme du changement climatique sont considérés par la moitié d’entre eux comme la plus grande menace mondiale actuelle : ainsi, 87 % des répondants assurent que ce phénomène joue un grand rôle dans leurs choix d’investissements.

Selon cette étude, la pandémie de Covid-19 « a accentué la perception du monde environnant » : 69 % des participants assurent que cette crise a eu un impact sur la manière d’investir. Deux tiers d’entre eux prévoient d’inclure davantage de facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs futurs investissements. Les données de ce rapport ont été recueillies auprès de plus de 300 participants de 41 pays, avec un patrimoine net moyen estimé à 876 millions de dollars.