Alors que les chiffres de propagation du coronavirus ne sont pas rassurants et que les fêtes de fin d’année promettent un brassage risqué des populations, les scientifiques sont unanimes quant à la possibilité d’une troisième vague. 

« Nous avons de fortes chances de connaître une troisième vague » affirmait l’infectiologue Odile Launay sur BFMTV-RMC le 7 décembre dernier. Un constat largement partagé par le corps médical à l’instar du Dr Alexandre Bleibtreu, infectiologue à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris. « Au mieux, les vaccins pourront nous éviter une quatrième vague de contamination mais pas une troisième », déplore-t-il. Patrick Goldstein, chef du pole de l’Urgence et du SAMU du Nord au CHU de Lille  espère quant à lui « une évolution de l’épidémie jusqu’à ce que l’immunité collective puisse se dérouler. Et que le vaccin puisse être largement distribué.« 

Le vaccin de Sanofi et GSK retardé

Suite aux résultats des premiers essais cliniques, le vaccin des laboratoires français Sanofi et britanniques GSK ont annoncé le report de leur vaccin contre la Covid-19 « afin d’améliorer la réponse immunitaire chez les personnes âgées. » Initialement prévu au premier semestre 2021, ils tablent désormais sur une mise à disposition au quatrième trimestre de l’année prochaine. 

Éviter les erreurs de la saison estivale 

La meilleure parade pour éviter un troisième confinement est donc de « ne pas reproduire à Noël le n’importe quoi de l’été dernier » conseille Alexandre Bleibtreu, qui rappelle également que « les tests ne sont valables qu’a l’instant T. » Et de conclure : « même si vous êtes testés négatif, continuez à vous protéger et à protéger les autres. »

>> À LIRE AUSSI : Covid-19 : des vagues à répétition attendues en France et en Europe ?

>> À LIRE AUSSI : Pourquoi le vaccin contre la Covid-19 inspire-t-il la crainte ?