À mesure que l’échéance approche, il semblerait que l’inquiétude monte chez les Français. Effets secondaires inconnus, manque de recul, allergies, peur du complot…  Selon les derniers sondages, ils seraient 52% à y être opposés. 

« Plus la campagne de vaccination approche, moins les Français semblent vouloir se faire vacciner. » C’est ce qui ressort d’un sondage dévoilé vendredi 4 décembre par Santé Publique France. En novembre, seule la moitié des personnes interrogées (53%) répondait vouloir se faire vacciner. Des chiffres en baisse par rapport au mois de juillet (64%). Même constat du côté du sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi 9 décembre : « 52% (+4 points en deux semaines) des Français déclarent qu’ils ne se feront pas vacciner contre le coronavirus. »

Seuls 34% des Français enclins à se faire vacciner 

« Les Français les plus en opposition avec le Gouvernement seraient aussi les plus opposés au vaccin. » Au total, seuls 34% des personnes interrogées consentiraient à se faire vacciner tandis que « 88% des professionnels de santé libéraux interrogés conseilleraient à leurs patients de le faire » indique Santé Publique France.

Les effets secondaires en cause 

« Rougeur au point d’injection, parfois quelques frissons, le bras légèrement engourdi » voici, selon l’agence du médicament américaine, les premiers effets secondaires du vaccin version Pfizer-BioNTech. C’est d’ailleurs l’une des raisons principales d’opposition au vaccin. En particulier chez les Français, qui « redoutent des dommages à plus long terme ». Des inquiétudes entendues par le ministre de la Santé, Olivier Veran, qui s’est d’ailleurs engagé à faire preuve de « transparence la plus totale sur l’efficacité du vaccin (…) et ses éventuels effets indésirables, qu’ils soient graves ou bénins ». 

Monaco dans l’attente

Du côté de la Principauté, alors que la vaccination est au coeur de la stratégie sanitaire monégasque, les doses – déjà commandées – seront prescrites après obtention d’une certification de mise sur le marché. Le Gouvernement a annoncé qu’il détaillerait, en temps voulu, l’organisation de la campagne.

>> À LIRE AUSSI : Les vaccins contre la Covid-19 bientôt autorisés et disponibles en Europe ?