Chaque année, après les fêtes, adultes et enfants s’empressent de mettre au placard les décorations avec un brin de nostalgie. Mais qu’advient-il réellement du sapin ? Quelle seconde vie peut-on offrir au roi des forêts ? Éléments de réponse.

En 2019, 5,8 millions de sapins naturels ont été vendus en France, soit autant laissé pour compte à la fin de l’année. Ailleurs, dans le monde, le constat est similaire. Heureusement, des alternatives fleurissent puisqu’une tonne de sapins permet de produire 300 à 400 kg de compost. Ainsi, une partie produit un amendement qui enrichit les sols et l’autre est transformée en bois de chauffage.

De plus, le broyat de sapin est utilisé dans les espaces verts municipaux pour protéger les sols et plantations de l’évaporation de l’eau et du froid. L’autre possibilité ? Offrir son sapin à des zoos. Oui, vous avez bien lu ! À travers le monde, certains établissements les donnent à manger aux éléphants qui en sont friands.

Monaco et Nice prônent le recyclage

À Monaco, de nombreux acteurs tels que le plongeur apnéiste Pierre Frolla, luttent pour la préservation de l’environnement. C’est aussi le cas de la Mairie de la Principauté qui s’est alliée à la Direction de l’Aménagement Urbain et la Société Monégasque d’Assainissement afin de recycler par compostage les sapins de Noël usagés.

Jusqu’au 29 janvier, plusieurs zones « Dépose sapins » seront installées, à titre gratuit. L’objectif ? Éviter les dépôts sauvages. Une volonté partagée par la ville de Nice et la Métropole Nice Côte d’Azur qui organisent deux tournées de collecte de sapins en porte-à-porte. Après celle du 5 janvier, la prochaine et dernière aura lieu le 12 janvier.

Travel Club Monaco