Lieux phares des périodes de soldes, les magasins de prêt-à-porter Monégasques tirent un bilan plutôt satisfaisant, après plus d’un mois de réductions.

Voilà un événement que la crise sanitaire n’aura pas annulé. Alors que les soldes d’hiver se terminent le 14 février prochain à Monaco, le bilan est assez positif pour la majorité des commerces de prêt-à-porter Monégasques, compte tenu de la situation. Pas de boutiques pleines à craquer, mais assez remplies pour satisfaire ces derniers. Cette année plus que les autres, les soldes d’hiver étaient attendues pour remplir les caisses et écouler les collections.

>> À LIRE AUSSI : Accès régulé en Principauté : les soldes sous contrôle

Il faut dire que les commerçants Monégasques ont eu une longueur d’avance sur leur confrère Français, qui a commencé les soldes trois semaines plus tard. Frontaliers, salariés et surtout locaux ont répondu à l’appel, “On s’attendait à pire mais il ne faut pas oublier que Monaco est un petit village donc les clients fidèles sont là” explique Axelle Gomise Omodella, conseillère de vente chez Morgan. Toutefois, une baisse de fréquentation se fait légèrement ressentir chaque fin de journée, les clients étant obligés de rentrer chez eux avant le couvre-feu.

Des remises exceptionnelles pour ce début de soldes.

Plus de démarques, plus rapidement

-80 % et plus, -70 %, -50 %, au quartier de la Condamine, le désir d’attirer les passants est visible sur les vitrines. Des rabais importants qui sont arrivés en magasin plus rapidement que les années précédentes. En plus des soldes, la boutique Sandro a ajouté des réductions, “dès deux articles achetés, il y avait -20 % supplémentaire” explique Chaïma Darouich, vendeuse pour la marque.

À deux pas de là, chez l’enseigne monégasque Banana Moon, c’est la deuxième démarque qui a été plus rapide à arriver et la vitrine qui a été changée plus souvent. Tout cela dans un seul but : donner envie de rentrer à l’intérieur. Et ça marche. Ce mercredi 3 février, à 15h00, cinquante-deux personnes avaient déjà franchi la porte du magasin. Un chiffre légèrement inférieur à l’année dernière, mais qui ravit tout de même Alexia, vendeuse pour Banana Moon.

Pour Maria Pinto, responsable de l’enseigne Tara Jarmon en Principauté, à contexte exceptionnel, remises exceptionnelles. « Notre enseigne a dû s’adapter comme toute autre enseigne liée au luxe accessible à cette situation inédite et accorder des remises exceptionnelles pour ce début de soldes » confie-t-elle.

On voit qu’il y a un ras le bol de toutes ces restrictions, les gens ont davantage envie de se faire plaisir.

Une clientèle en quête de plaisir

Se faire plaisir était le mot d’ordre général de cette édition 2021 des soldes en Principauté. En cette période compliquée où tous les jours se ressemblent, le shopping apparaît comme un bon moyen de s’évader pendant quelques heures. Le besoin de toucher, d’essayer et d’acheter des vêtements se fait ressentir. Un point de vue partagé par la plupart des boutiques du quartier, dont l’enseigne Maje. “On voit qu’il y a un ras le bol de toutes ces restrictions, les gens ont davantage envie de se faire plaisir” affirme Christine Sergent, responsable de la boutique qui espère tout de même un futur meilleur. 

Habitude de consommation changée, développement de la vente en ligne, démocratisation de la seconde main… La crise sanitaire a tout de même impacté le secteur du prêt-à-porter. Des conséquences qui se font notamment ressentir dans le rapport aux vêtements. « Les sorties étant moins fréquentes compte tenu du contexte, notre clientèle privilégie des achats plus axés sur du confort, explique la responsable de la boutique Tara Jarmon. Nous avons constaté une baisse sur la vente de nos robes, pour laisser place à de très belles ventes sur la maille. » Après plusieurs mois d’activité en baisse, les commerçants ont vu dans ces soldes une opportunité de rebondir et se sont adaptés.